Le PDG de Huawei déplore une attaque des Etats-Unis contre sa chaîne d’approvisionnement mondiale

Cela fait plusieurs mois que les États-Unis mènent une vendetta contre les entreprises technologiques chinoises sur leur territoire et en particulier sur Huawei. Pour rappel, Washington ne démord pas sur son le fait que Huawei mène des opérations d’espionnage sur les utilisateurs et entreprises américaines pour le compte de la Chine même si l’entreprise a, à plusieurs reprises, nié ces accusations.

La situation actuelle est telle que, depuis le mardi 15 septembre 2020, les États-Unis ont imposé des restrictions interdisant à toute entreprise américaine de fournir des équipements ou d’offrir des services à l’entreprise chinoise. Les seules entreprises qui peuvent continuer à avoir des relations commerciales avec Huawei sont celles qui seraient munies d’une licence spéciale délivrée par l’administration américaine.

Crédit : Gerd Altmann – Pixabay.com

Le mercredi 23 septembre 2020, le président de Huawei, Guo Ping, s’est plaint des répercussions de ces restrictions sur ses fournisseurs et a appelé Washington à reconsidérer sa décision, qualifiée d’irrationnelle.

Les fournisseurs américains doivent soumettre une demande de licence pour effectuer des transactions avec Huawei

Guo Ping a déploré auprès de journalistes à Shanghai lors de la conférence annuelle Huawei Connect que « les États-Unis ont modifié leurs sanctions pour la troisième fois et cela a posé de grands défis à la production et aux opérations de Huawei ». Selon le président de Huawei, même si l’entreprise dispose de suffisamment de puces sur ses opérations interentreprises et son entreprise de réseau 5G, les restrictions américaines se font ressentir dans ses approvisionnements en puces pour smartphones.

Les entreprises américaines doivent effectivement se munir de licences américaines pour continuer à effectuer des transactions avec Huawei, si bien que des fournisseurs comme Qualcomm ont déjà effectué une demande de licences. Intel aurait déjà obtenu des licences pour fournir certains produits à Huawei, mais même l’entreprise chinoise Semiconductor Manufacturing International, qui utilise des machines d’origine américaine pour produire des puces pour Huawei, avait également dû demander une licence.

Adieu les puces Kirin ?

« Nous espérons que le gouvernement américain pourra reconsidérer sa politique. Et si le gouvernement américain le permet, nous sommes toujours prêts à acheter des produits d’entreprises américaines » a déclaré Guo Ping. L’entreprise aurait également fait part de son souhait d’utiliser des puces Qualcomm dans ses smartphones si ce fournisseur parvenait à contourner les restrictions.

Selon les informations de Reuters, Huawei a déclaré de cesser de fabriquer ses puces sous la gamme Kirin à partir du 15 septembre. Les analystes estiment alors à ce que l’approvisionnement en puces Kirin prenne fin en 2021. Toutefois, certains vendeurs de smartphones ont affirmé que les ventes de smartphones Huawei se sont accrues à tel point que les prix ont même grimpé de 74 dollars pour certains appareils.