Le PDG de Sony pense que les joueurs ressentent moins de nausées en utilisant la VR

La réalité virtuelle va-t-elle réellement se démocratiser ? Jusqu’à maintenant, malgré la présence de nombreuses expériences, la technologie semble peu accessible, coûteuse, et demande un hardware assez puissant. Sans oublier que le catalogue de jeux VR qualitatifs est plus que réduit. Actuellement, le PSVR semble la meilleure option pour profiter de la réalité virtuelle mais n’est compatible qu’avec la PlayStation 4 de Sony. Et c’est justement le président de Sony, Shuhei Yoshida, qui s’est exprimé sur la VR auprès de Famitsu. Une chose est sûre : l’homme croit plus que jamais à la technologie.

D’après ce dernier, le fameux « motion sickness » (entendre par là nausées et migraines causées par la VR) serait en train de disparaître.

psvr-youtube

Simple fantasme ou réalité ? Shuhei Yoshida défend son steak !

Sony semble croire en la VR plus que jamais

Qu’on se le dise : la VR a beau sembler une bonne idée sur le papier, son exécution reste encore fragile. Encore plus sur le marché vidéoludique où les bonnes expériences sont rares. La meilleure vitrine de cette technologie ? Sans aucun doute Resident Evil 7, avec un moteur graphique RE Engine spécialement pensé pour. Mais depuis, les titres vraiment enthousiasmants sont vraiment rares.

Fort heureusement, Sony n’arrête pas ses efforts après le succès du PSVR, casque le moins coûteux du marché. Comme l’explique le PDG de la firme pour Famitsu, « les joueurs sont habitués à la VR ». Pour l’homme, exit le « motion sickness » qui faisait tourner de l’œil beaucoup d’utilisateurs après plusieurs heures. Ce dernier précise que « le cerveau humain s’habitue à la réalité virtuelle ». Réalité ou fantasme ? Il faudra attendre que les foyers soient plus nombreux à posséder un casque VR pour découvrir si la présence du « motion sickness » est importante, ou non.

D’après Shuhei Yoshida, les expériences VR réussies participeraient à « ces problèmes sensoriels qui ont moins de chance de faire leur apparition ». On peut notamment parler de Borderlands 2 VR et Skyrim VR, que l’homme cite naturellement.

Reste que sur le papier, la VR a de quoi séduire le milieu vidéoludique. Une immersion renforcée dans des univers virtuels de plus en plus réalistes. Croisons les doigts pour que la technologie s’étende et baisse ses coûts !