Le Pentagone va lancer une station spatiale expérimentale

Donald Trump, comme beaucoup d’autres, est persuadé que l’avenir de l’humanité se jouera en partie dans l’espace. C’est d’ailleurs ce qui l’a poussé à créer l’US Space Force, une nouvelle division de l’armée américaine consacrée à toutes ces questions.

Et il faut croire que cette dernière n’était que la première étape d’un plan beaucoup plus vaste.

La Terre vue de l'espace

Crédits Pixabay

Sierra Nevada Corporation, une entreprise spécialisée, a en effet annoncé avoir conclu un contrat avec le Pentagone en vue de créer un avant poste spatial expérimental.

Le Pentagone veut sa station spatiale expérimentale

Si le montant exact du contrat n’a pas été rendu public, nous savons au moins que cet accord portera sur la création d’une station spatiale totalement autonome. À terme, cette dernière sera placée dans l’orbite terrestre et elle aura pour but de soutenir des missions de recherche, mais également de formation opérationnelle.

Plus important encore, la station ne se suffira pas à elle-même et elle devra ainsi être suffisamment grande pour pouvoir accueillir un équipage à bord.

D’après le communiqué publié par l’entreprise, cette station spatiale expérimentale se basera sur le véhicule de transport Shooting Star. Un choix logique. Ce dernier est en développement depuis 2016 et il est censé pouvoir transporter plus de 4500 kg de marchandises. Mieux encore, le vaisseau embarque un compartiment sous pression et des espaces non pressurisés, mais aussi des points de montages externes.

À lire aussi : Plus de 8500 employés de l’US Air Force ont postulé à l’US Space Force

Une station qui sera basée sur un vaisseau de transport

Il sera donc assez grand et robuste pour accueillir un équipage et les différents instruments élaborés pour la station. Cette dernière sera en outre équipée de deux réseaux de panneaux solaires, des réseaux capables de délivrer une puissance de six kilowatts. Six propulseurs viendront compléter le tableau afin de permettre à l’US Space Force de déplacer sa station où bon lui semble.

Fatih Ozmen, le PDG de SNC, se dit enthousiaste à l’idée de pouvoir participer à l’élaboration de cette station spatiale. D’après lui, cette nouvelle mission prouve d’ailleurs la flexibilité de la solution développée par ses ingénieurs :

« [Shooting Star] a été initialement développé pour les missions de ravitaillement de la NASA vers la Station spatiale internationale et, depuis lors, nous continuons à identifier de nouvelles solutions qu’il peut offrir à une large variété de clients. Les applications possibles pour Shooting Star sont vraiment infinies.

Le Shooting Star actuel est déjà conçu avec des capacités importantes pour un avant poste orbital et en ajoutant seulement quelques composants, nous sommes en mesure de répondre aux besoins du ministère de la Défense. »

À lire aussi : L’US Space Force grossit ses rangs

Le protectionnisme dans les étoiles

Si l’élaboration de cette station spatiale n’est pas précisément ce que l’on pourrait appeler une surprise, le projet laisse tout de même un goût amer dans la bouche.

Jusqu’à présent, les états avaient pris le parti de collaborer ensemble et d’aller dans la même direction. Ce qui a abouti à la création de l’ISS, symbole d’unité. Or il semblerait que les Etats-Unis souhaitent désormais prendre une toute autre direction et oeuvrer de leur côté, sans leurs partenaires habituels.

À lire aussi : L’US Space Force a procédé à sa toute première mission

Mots-clés us space force