Le Pentagone veut son Minority Report

Gouverner, c’est prévoir et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte. Le Pentagone est ainsi en train de développer un système d’information à la pointe de la technologie.

En 2002 sortait le film de Steven Spielberg Minority Report – un succès critique et commercial. Cette adaptation au cinéma s’appuie sur la nouvelle de science-fiction éponyme de Philip K. Dick dont la première publication remonte à janvier 1956. L’œuvre littéraire, comme son adaptation au cinéma, s’attarde sur Précrime. Ce dernier est une police ayant pour mission d’intervenir pour empêcher l’accomplissement d’un crime. Son fonctionnement repose sur des mutants capables de voir l’avenir. Les créatures prédisent les crimes et les agents de Précrime interviennent ensuite sur la base de leurs visions.

Le drapeau américain
Crédits Pixabay

Le département américain de la Défense veut se doter d’un organisme comme Précrime. Il ne fabriquera pas des mutants capables de prédire les événements futurs pour cela. Le DoD mise plutôt sur l’intelligence artificielle, le cloud computing et un gigantesque réseau de capteurs.

Ce qui rappelle aussi un peu la série Persons of Interest.

A lire aussi : GTA 5 : une version construite par une intelligence artificielle

Mettre en lumière ce que les analystes militaires ne voient pas

Anticiper le prochain mouvement de ses ennemis est une chose, mais prédire de manière exacte ce qui se passera demain en est une autre. Cependant, le département américain de la Défense teste un système d’information censé permettre de prédire les événements plusieurs jours à l’avance. Le programme Global Information Dominance Experiments utilise l’apprentissage automatique pour analyser un volume considérable de données. Il est conçu pour être capable de noter le moindre changement de paramètres qu’un analyste militaire pourrait manquer.

Le GIDE serait en mesure de repérer une chose aussi anodine que l’augmentation ou la réduction du nombre de véhicules dans un parking. La variation pourrait être l’indication d’une menace potentielle. Le système d’information sollicite ensuite un analyste pour confirmer l’information. Pour le général Glen VanHerck, chef du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord et du Commandement nord des États-Unis, l’objectif est d’acquérir la supériorité décisionnelle.

Le développement de ce programme marque le changement de la stratégie américaine dans l’utilisation des informations. Le Pentagone veut fournir à ses dirigeants, de manière fiable et rapide, tous les éléments pour prendre les décisions les plus judicieuses.

A lire aussi : Quand l’intelligence artificielle s’intéresse à la maladie d’Alzheimer

Pour mettre un terme aux stratégies régionales

Le nouveau système d’information va permettre aux États-Unis de prendre du recul sur les stratégies régionales pour défendre ses intérêts, a souligné VanHerck lors d’une conférence de presse. L’administration américaine sera également en mesure d’optimiser les processus budgétaires et d’acquisition selon une stratégie globale.

Par ailleurs, le programme GIDE permettra d’élaborer des actions de dissuasion dans la perspective d’éviter les conflits armés. Le système d’information dopé à l’IA facilitera en outre la prise de décisions tout en offrant des solutions continuellement mises à jour. Toutefois, son utilisation ne sera pas exclusivement réservée aux forces armées. Il sera également disponible pour les décideurs civils.