Le Pérou va planter un million d’arbres autour du Machu Picchu pour le protéger

Cette nouvelle année 2020 commence fort pour le président péruvien Martín Vizcarra. Ce dernier projette en effet de planter un million d’arbres autour du célèbre site Machu Picchu pour le protéger des glissements de terrain et des incendies. Ainsi, 348 km² de terrain seront au final reboisés.

Le Machu Picchu est le plus connu des vestiges de la civilisation inca qui a régné sur une grande partie de l’Amérique du Sud pendant près d’un siècle avant l’arrivée des Espagnols dans les années 1500. Le site en question a été construit sous le règne de l’empereur Pachacuti de 1438 à 1471, et a été redécouvert en 1911 par l’explorateur américain Hiram Bingham.

Crédits Pixabay

Le site de Machu Picchu, qui veut dire « vielle montagne », a été déclaré patrimoine mondial de l’Unesco en 1983 et est actuellement un atout touristique de taille pour la région.

Les avantages du reboisement

Si l’on veut protéger un site particulier, planter des arbres est en effet une très bonne solution. Les racines servent à stabiliser le sol et protègent des glissements de terrain.

Selon les informations, ces glissements se produisent principalement en hiver autour du site historique à cause des grosses pluies. En été, les arbres serviront plutôt à protéger le site contre d’éventuels incendies.

Selon les spécialistes du Ministère de L’Environnement Péruvien, les arbres qui seront plantés permettront également à la faune et à la flore locale de s’épanouir.

Ce n’est pas la première fois que l’état péruvien prend des mesures pour protéger le Machu Picchu

Ce n’est pas la première fois que l’État péruvien prend des mesures pour protéger le site historique de Machu Picchu. En mai 2019, le pays a annoncé que l’accès à trois zones importantes du site allait être limité, ceci dans le but de mieux les préserver. Ces zones incluent des monuments célèbres comme le Temple du Soleil, le Temple du Condor ou encore la Pierre Intihuatana.

Depuis 2017, une limite a aussi été établie concernant le nombre de personnes qui peuvent visiter le site. Ainsi, 6000 visiteurs par jour au maximum sont actuellement autorisés à effectuer des visites.

D’un autre côté, l’État a aussi commencé la construction d’un aéroport d’une valeur de plusieurs milliards de dollars en 2019, et cette nouvelle infrastructure est située près du lieu où se trouve le site archéologique. De nombreux archéologues ont ainsi protesté en disant que la présence d’un aéroport pourrait détruire Machu Picchu.

En tout cas, le président Vizcarra insiste que cette mesure qui consiste à planter des arbres est un engagement de la part du gouvernement ainsi que de tous ceux qui souhaitent prendre part à la protection de ce patrimoine historique mondial.