Le PETA aimerait se débarrasser du terme “animal”

People for the Ethical Treatment of Animals (PETA), l’association dont le but est de protéger les droits des animaux, a récemment publié un nouveau support pédagogique. Le document est censé aider les enseignants dans les écoles primaires à éduquer les enfants à mieux se comporter avec les animaux.

Le support comprend une liste de nouveaux vocabulaires jugés plus appropriés pour remplacer ceux qui sont utilisés actuellement.

Chien

Crédits Pixabay

Le « guide » suggère d’utiliser le mot « compagnon » au lieu de « animal de compagnie ». En outre, le mot « propriétaire » serait péjoratif et il serait préférable d’utiliser « gardien. » Le PETA suggère également de remplacer des expressions. Par exemple, « faire d’une pierre deux coups » pourrait être substituée par « nourrir deux oiseaux avec un scone ».

Les représentants de l’association à but non lucratif ont souligné que les mots que l’on emploie peuvent dicter la manière dont on perçoit. La déclaration a toutefois suscité des vagues de critiques.

Pour un langage plus approprié ?

Ingrid Newkirk, la présidente de PETA, a fait une déclaration au sujet de la nouvelle approche à travers le magazine People. Elle a expliqué que le fait d’appeler un animal par le terme « animal de compagnie » ne permet pas de le considérer comme un être sensible qui ressent des émotions.

Pareillement, le mot « propriétaire » indiquerait également la possession. Son inquiétude réside dans le fait que ce sentiment puisse être utilisé « de la façon dont le “propriétaire” le souhaite ».

« Nous ne détestons pas le mot “animal de compagnie”, nous encourageons simplement les gens à utiliser un meilleur mot », a déclaré Jennifer White de la branche britannique de PETA dans l’émission d’information britannique Good Morning Britain. Elle a souligné que l’idée n’est pas d’interdire les mots et expressions de la liste. Il s’agit plutôt d’inciter le public à utiliser un langage plus approprié.

« Beaucoup de gens qui ont des chiens ou des chats à la maison les appellent des animaux de compagnie et se désignent comme leurs propriétaires, ce qui implique que les animaux sont une possession, comme une voiture par exemple », a-t-elle poursuivi.

La propriété comme synonyme de responsabilité explicite ?

Parmi les critiques qui ont été formulées à l’encontre de la nouvelle initiative du PETA, il y a l’argument selon lequel la promotion de la « propriété » n’est pas forcément une mauvaise chose. D’après le publicitaire Nick Ede, le fait d’utiliser ce mot a pour avantage de mettre l’accent sur la responsabilité explicite de veiller au bien-être des animaux.