Le problème avec les nuages

Les effets du changement climatique inquiètent les chercheurs du monde entier. Au cours de ces dernières années, la situation s’est malheureusement aggravée. On assiste à une hausse des températures un peu partout dans le monde. Et c’est sans parler de la fonte des glaciers. D’après les experts, la Terre rencontre aujourd’hui plus de difficulté à évacuer la chaleur qu’auparavant.

Si on ne fait rien pour inverser cette tendance, la situation risque d’empirer dans les années à venir. Les chercheurs devront même prendre en compte de nouveaux facteurs qui vont faire empirer les effets du changement climatique. C’est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs de l’Imperial College London et de l’Université d’East Anglia.

Des nuages dans le ciel
Crédits Pixabay

A lire aussi : Les nuages vénusiens ne sont pas du tout propices à la vie (si vie il y a)

Selon eux, dans les années à venir, les nuages pourraient représenter un danger pour notre planète.

Les nuages à l’origine d’une hausse des températures ?

C’est une conclusion à laquelle personne ne s’attendait. D’après les auteurs de cette étude, les nuages risquent d’aggraver les effets du changement climatique. À en croire les résultats de leurs travaux, la probabilité pour que cela arrive est de 97,5%.

En cause : les cristaux de glace et les masses de gouttelettes d’eau suspendus dans l’atmosphère. À terme, leur densité augmentera considérablement. Ils seront alors de moins en moins capables de réfléchir le rayonnement solaire vers l’espace. D’autre part, ils entretiendront la présence des gaz à effet de serre sur Terre. Tout cela aboutira à une hausse inévitable des températures.

A lire aussi : Mars a peut-être abrité des nuages glacés

Une découverte qui inquiète les chercheurs

Qu’on le veuille ou non, les nuages joueront un rôle dans le changement climatique. C’est le point sur lequel insiste Peer Nowack, co-auteur de l’étude, « au cours des dernières années, il y a eu de plus en plus de preuves que les nuages ont probablement un effet amplificateur sur le réchauffement climatique. »

Face aux résultats de leur étude, les chercheurs craignent que les objectifs de l’Accord de Paris ne soient jamais atteints. Rappelons que les signataires veulent « limiter le réchauffement climatique à 2°C ou 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels. » Les scientifiques qui ont participé à ces travaux estiment cependant qu’ « il est peu probable que le climat se réchauffe en dessous de 2°C et il est plus probable qu’il se réchauffe en moyenne à plus de 3°C. »

Actuellement, ils se concertent pour trouver un moyen de limiter les effets du changement climatique. Pour cela, ils doivent d’abord « quantifier plus précisément comment les nuages affecteront climatique futur. »