Le projet Loon de Google va faire ses preuves au Kenya

Il y a près de huit ans, Google s’est lancé dans un ambitieux projet : celui d’utiliser de gigantesques ballons à l’hélium pour apporter Internet partout. Baptisé « Loon », le projet permet aux zones les plus reculées de la planète de jouir d’une bonne connexion Internet.

Aujourd’hui, le projet Loon a déjà été déployé avec succès dans plusieurs zones sinistrées, mais certains restent encore sceptiques quant à ses réelles performances sur le terrain. C’est notamment le cas de plusieurs opérateurs, tels que Telkom Indonesia,Vodafone New Zealand ou encore Orange SA, qui demandent à ce que la technologie de Loon soit prouvée.

nuages

Crédits Pixabay

Google doit désormais démontrer ce que vaut véritablement le projet Loon, et compte bien le prouver en déployant très prochainement ses ballons au Kenya.

Loon débarque bientôt au Kenya

Cela va faire un an que Google et son projet Loon ambitionnent de déployer des ballons Internet dans le ciel du Kenya. Il a en effet été annoncé que dans les prochaines semaines, le projet va entamer son premier test commercial en partenariat avec l’opérateur Telkom Kenya. Les ballons seront déployés dans les montagnes et permettre aux villageois de profiter du réseau 4G.

Google n’a clairement pas intérêt à se planter, car il en va de l’avenir de Loon et ses projets futurs. Les opérateurs cités plus haut attendent en effet de voir si la technologie est vraiment fiable, sûre et rentable, avant d’envisager de contracter un partenariat avec le programme.

Pour rappel, Loon a déjà fait ses preuves au Pérou et à Porto Rico, alors touchés par une catastrophe naturelle, en y déployant gratuitement ses ballons.

Un projet qui a du potentiel, mais…

Si plusieurs opérateurs restent encore sur leurs gardes concernant les ballons Internet de Loon, d’autres « entités » ont décidé de croire au potentiel du projet et sont sur le point de signer des contrats avec Loon, comme l’affirme Alastair Westgarth, directeur général de la filiale Alphabet.

De nombreux investisseurs sont également très intéressés par le projet : c’est notamment le cas de SoftBank Corp, un géant de la télécommunication au Japon, qui n’a pas hésité à injecter 125 millions de dollars dans le projet cette année.

Le potentiel est donc là, même si quelques failles doivent encore être corrigées. Les détracteurs du projet insistent particulièrement sur plusieurs limites du projet : notamment le fait que les ballons ont besoin de beaucoup de soleil pour pouvoir offrir une bonne connexion, sans parler des soucis de vents qui pourraient entraîner une perte de connexion en perturbant l’emplacement des ballons.

Mots-clés googleProjet Loon