Le Revenge Porn explose sur Snapchat, au travers de comptes “ficha”

Snapchat a toujours eu des difficultés à réguler les contenus diffusés sur sa plateforme et le service a ainsi été mêlé à plusieurs reprises par le passé à des actes de revenge porn. Le confinement ne semble pas améliorer les choses et de nombreux comptes spécialisés ont ainsi fait leur apparition sur le réseau social : les comptes “ficha”.

Ces comptes pullulent désormais sur Snapchat. Une simple recherche suffit à en trouver des dizaines. S’ils ne sont pas tous actifs, certains d’entre eux ont fait l’objet de multiples signalements.

Facebook a trouvé un moyen de lutter contre le revenge porn

Crédits pixabay.com

Les noms varient, mais le concept reste bien entendu le même.

Les comptes “ficha” explosent sur Snapchat

Les comptes “ficha”, le verlan du verbe “afficher”, diffusent ainsi des photos dénudées de personnes, le plus souvent des femmes, sans leur consentement. L’idée étant finalement “d’afficher” leurs victimes en s’appuyant sur une plateforme extrêmement populaire.

Mais il y a pire. Selon Hind Ayadi, la présidente de l’association Espoir et Création, les victimes ne sont pas toutes des femmes majeures. Loin de là. D’après elle, la plupart des victimes seraient en réalité des lycéennes ou des collégiennes âgées de 14 et 17 ans. Elle a d’ailleurs confié à 20minutes avoir reçu des dizaines d’appels désespérés depuis le début du confinement.

Car les auteurs des faits ne se contentent pas de dévoiler les photos intimes de leurs victimes. Les images publiées s’accompagnent le plus souvent de leur nom ou même de leur adresse.

Marlène Schiappa, de son côté, a confirmé à nos confrères avoir connaissance de l’existence de ces comptes. Elle a d’ailleurs, avec son équipe, contacté Snapchat afin de tout mettre en oeuvre pour bloquer la propagation de ces contenus : “Dès qu’on a eu connaissance des premiers témoignages sur les réseaux sociaux, on s’est directement mis en contact avec Snapchat. Notre priorité a d’abord été de faire supprimer tous ces contenus pour protéger ces jeunes filles”.

Le revenge porn, un délit en France

La secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes estiment d’ailleurs que les plateformes doivent prendre leurs responsabilités. Elle a effectivement tenu à rappeler que le cyberharcèlement et toutes les cyberviolences pouvaient avoir un impact dans la vraie vie… et même détruire des vies entières.

Marlène Schiappa recommande donc aux parents de faire preuve de la plus grande vigilance et de ne pas hésiter à surveiller l’historique de leurs enfants afin de contrôler un minimum ce qu’ils font sur les réseaux sociaux.

Quant aux victimes, il leur est conseillé, comme elles le peuvent, de porter plainte ou de signaler ces actes sur la plateforme Pharos.

Il peut d’ailleurs être utile de rappeler que le revenge porn est considéré comme un délit en France, un délit passable de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 € d’amende.

Mots-clés snapchat