Le Royaume-Uni part (encore) en guerre contre le porno

David Cameron aurait-il une dent contre la pornographie ? Il faut croire que c’est le cas. Le premier ministre britannique a effectivement l’intention de rendre obligatoires les filtres anti-pornos à travers tout le Royaume-Uni, piétinant par la même occasion la neutralité du net et tout ce qu’elle symbolise.

Ces quelques lignes ne devraient pas vous surprendre et c’est assez logique car le gouvernement britannique a commencé à partir en guerre contre la pornographie en ligne durant l’été 2013.

Porno Royaume-Uni

David Cameron a une dent contre la pornographie.

David Cameron avait prononcé un long discours à l’époque pour dénoncer ces contenus et il avait annoncé une série de mesures phare dans la foulée dont un système de filtres parentaux.

David Cameron souhaite inscrire les filtres anti-porno dans la loi

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque, d’autant que le premier ministre avait aussi profité de l’occasion pour faire interdire certains actes sexuels comme la fessée, le fouet ou même la strangulation dans les films pornographiques produits sur le territoire.

Cette décision avait provoqué l’indignation de l’industrie du X, mais également de plusieurs acteurs engagés contre la censure.

L’affaire a pris une nouvelle tournure au début de l’année lorsque l’opérateur Sky a activé par défaut un filtre anti-porno sur les connexions de ses 5 millions d’abonnés.

Plusieurs médias avaient alors accusé l’entreprise de porter atteinte à la neutralité du net et de mettre ainsi en péril toutes les valeurs portées par ce mouvement.

Mais voilà, entre temps, le Parlement européen a adopté la deuxième version du texte sur la neutralité du net. Le texte manque de clarté, c’est un fait, mais il est totalement incompatible avec les filtres anti-porno mis en place au Royaume-Uni.

David Cameron n’a cependant pas l’intention de se laisser faire. Il compte effectivement inscrire ces filtres dans la loi et forcer tous les fournisseurs d’accès à les mettre en place et à adopter ainsi une stratégie similaire à celle de Sky.

Le premier ministre a d’ailleurs engagé des discussions avec l’Union Européenne pour trouver un compromis. Il se dit prêt à aller jusqu’au bout pour défendre ses valeurs et protéger les enfants de ces contenus.

Il faut tout de même rappeler que le gouvernement britannique a aussi une dent contre les sites pirates. Ils ont même droit à leur liste, d’ailleurs.

Via

Mots-clés web