Le Samsung Galaxy Note 7 explose aussi en Chine

La Chine n’est finalement pas épargnée par les problèmes d’explosion touchant le Galaxy Note 7 de Samsung. Trois cas ont été signalés par les autorités locales. Étrangement, la firme coréenne ne reconnaît pas sa responsabilité dans l’histoire. Elle a en effet déclaré que ces incidents sont dus à des “facteurs externes” n’ayant aucun lien avec la batterie de sa phablette.

Le terminal avait tout pour plaire sur le papier. De belles lignes, une fiche technique haut de gamme, des fonctions bien pensées, force est de constater qu’il n’avait rien à envier à ses concurrents.

Samsung Chine

Samsung se trouve dans une situation compliquée en Chine à cause du Galaxy Note 7.

Non et Samsung était donc bien parti pour rencontrer le succès, une fois encore.

Samsung n’a pas étendu son programme de rappel à la Chine

Tout ne s’est cependant pas passé comme prévu. Très vite, les consommateurs ont commencé à se plaindre de surchauffes et les premiers cas d’explosion sont apparus dans la foulée. Des cas qui ont été massivement relayés dans les médias.

Le constructeur a immédiatement suspendu les ventes du terminal afin de mener une enquête interne. Les experts du groupe ont alors découvert que les batteries fournies par Samsung DSI présentaient toutes un défaut de fabrication.

Face à la situation, Samsung a donc décidé de lancer un rappel à travers le monde, un rappel visant environ 2,5 millions de terminaux. En parallèle, la marque a suspendu les ventes jusqu’à nouvel ordre.

Enfin, ce n’est pas tout à fait exact, car elle a continué à vendre son Galaxy Note 7 en Chine. D’après elle, les modèles vendus sur le territoire chinois étaient tous équipés de batteries fournies par Amperex Technology Ltd (ATL) et ils ne présentaient donc aucun problème.

Dans les faits, il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Trois incidents similaires à ceux qui ont frappé l’Europe et les États-Unis ont en effet été rapportés par les médias locaux. Des cas assez particuliers visiblement. La marque soutient en effet que deux de ces accidents étaient dus à des “facteurs externes” sans aucun lien avec les problèmes rencontrés par le terminal sur les autres marchés.

Pour Samsung, la batterie de son téléphone n’est pas fautive

Du moins pas d’après l’enquête menée conjointement avec ATL.

Et le troisième ? La cause de l’explosion reste indéterminée, car le client a refusé pour le moment de renvoyer son appareil au groupe.

Malheureusement pour la marque, ces explications n’ont pas franchement convaincu les consommateurs chinois. Ils s’estiment en effet lésés et les critiques ont rapidement commencé à fuser sur les réseaux sociaux, mais aussi sur certains sites. Beaucoup d’entre eux reprochent à Samsung de ne pas avoir étendu son rappel sur le territoire chinois.

C’est évidemment très problématique pour la marque, notamment lorsqu’on sait ce que représente à l’heure actuelle le marché chinois. Un marché qui échappe d’ailleurs de plus en plus aux firmes taïwanaises, coréennes et américaines.

Samsung, pour sa part, a de plus en plus de mal à faire face à la concurrence chinoise et il est ainsi tombé à la sixième place de podium sur ce marché lors du premier semestre de l’année. Du moins selon Canalys. Cette histoire ne risque évidemment pas d’améliorer la situation.