Le sang d’une femme est devenu bleu à cause du médicament qu’elle a pris pour un mal de dent

Une femme du Rhode Island a développé une réaction bizarre après avoir pris des médicaments pour calmer son mal de dents. Selon les médecins, elle a été atteinte d’une condition rare et potentiellement dangereuse qui l’a privée  d’oxygène et qui a donné une couleur bleue foncée à son sang.

La patiente de 25 ans était allée aux urgences à cause d’une fatigue, d’une faiblesse des muscles, et surtout à cause de sa peau qui avait pris une coloration bleutée. Elle avait un niveau bas d’oxygènes, mais les traitements à base de suppléments d’oxygène n’ont pas marché sur elle. Lorsque les médecins lui ont prélevé du sang, celui-ci était plus comme celui d’une limule que celui d’un humain.

Crédits Pixabay

Le cas de la femme a été évoqué en détail la semaine du 16 septembre dans le journal New England Journal of Medicine.

La nature du mal

Les docteurs qui ont traité le cas de la femme du Rhode Island ont pu reconnaître sa maladie grâce aux symptômes. Ils ont aussi été aidés par l’information donnée par la patiente selon laquelle elle avait commencé à ressentir les symptômes après qu’elle ait pris la version topique de la benzocaïne. D’après les médecins, la femme était atteinte de méthémoglobinémie qui est provoquée par un excès de méthémoglobines dans le sang.

La méthémoglobine est un type d’hémoglobine qui est présent en très petite quantité dans notre organisme. Les méthémoglobines rendent difficile le transport de l’oxygène par les hémoglobines  ordinaires, ce qui fait qu’en avoir trop peut entrainer une suffocation. En général, l’organisme utilise des enzymes pour transformer les méthémoglobines en hémoglobines.

Quelle en est la cause ?

Une méthémoglobinémie peut se produire chez des personnes qui naissent avec des mutations génétiques rares pouvant affecter leurs hémoglobines ou les enzymes qui transforment les méthémoglobines. Toutefois, certains médicaments comme la benzocaïne peuvent parfois pousser l’organisme à produire plus de méthémoglobines que d’habitude. Ces dernières ont une coloration brune foncée, ce qui rend le sang bleu.

En ce qui concerne le traitement, celui-ci existe déjà depuis un certain temps. Il s’agit de l’administration d’une teinture médicale appelée méthylène bleue. Les médecins de la patiente du Rhode Island ont indiqué que sa respiration et la couleur de sa peau sont rapidement revenues à la normale après avoir reçu le traitement par intraveineuse.

D’après les données du centre de contrôle des poisons aux Etats-Unis, 100 personnes par an environ sont touchées par la condition dans le pays. Toutefois, il est possible qu’il y en ait plus puisque ce n’est pas tous ceux qui sont touchés par la méthémoglobinémie qui en informent le centre.

Mots-clés santé