Le sens du toucher ne se limiterait pas à notre corps

Une nouvelle étude vient de démontrer que le cerveau humain est capable de détecter l’emplacement du toucher même lorsqu’il n’est pas directement sur notre corps. Ainsi, si nous tenons un objet dans la main on est capable de sentir comment l’objet en question entre en contact avec autre chose – comme si l’objet devenait une extension de nous-mêmes.

Les nouvelles recherches, publiées dans Current Biology, montrent que si nous tenons un bâton qu’on utilise ensuite pour tapoter autre chose, par exemple, le cerveau semble activer un ensemble spécial de capteurs neuronaux pour déterminer ce qui vient de se passer en utilisant les modèles de vibration qui sont envoyés à travers notre système nerveux.

Le sens du toucher illustré

Crédits Pixabay

Quand les objets que nous tenons font corps avec nous

Évidemment, lorsqu’on tient quelque chose et que cette chose entre en contact avec quelque chose d’autre, on peut sentir le changement de pression lorsqu’il est transmis à nos doigts. Mais la nouvelle étude va plus loin en montrant comment nous pouvons également déterminer l’emplacement exact du contact sur l’objet.

“L’objet est traité comme une extension sensorielle de votre corps”, affirme le neuroscientifique Luke Miller, de l’Université de Lyon en France.

Pour aboutir à ces résultats, Miller et ses collègues ont soumis 16 participants à 400 tests différents. Les participants devaient tenir des tiges en bois et ensuite on leur demandait d’essayer de déterminer quand deux tapes étaient faites sur ces tiges à des endroits proches l’un de l’autre. Les bénévoles se sont révélés étonnamment bons à ce jeu, étant capables de reconnaître deux contacts rapprochés dans 96% des cas.

Notre cerveau perçoit les vibrations des objets que nous tenons

Au cours des expériences, les chercheurs ont utilisé un équipement d’électroencéphalographie (EEG) pour enregistrer l’activité cérébrale des participants. Ces analyses ont montré que le cerveau utilise des mécanismes neuronaux similaires pour détecter les contacts sur notre propre peau et sur les objets que nous tenons, en particulier dans le cortex somatosensoriel primaire et le cortex pariétal postérieur.

Les chercheurs suggèrent que le cerveau humain est capable d’identifier l’emplacement d’un toucher sur un objet avant que celui-ci ne cesse de vibrer. Les modèles informatiques mis en place par l’équipe à la suite de l’expérience principale montrent que cela se produirait en aussi peu de temps que 20 millisecondes.

Cette étude est notamment corroborée par la capacité qu’ont les personnes malvoyantes à utiliser une canne pour sentir ce qui les entoure. Mais c’est la première fois que des scientifiques examinent  ce qui se passe dans le cerveau avec autant de détails.