Le service d’incendie et d’urgence du Queensland utilise la technologie de réalité virtuelle pour former les nouvelles recrues

Le service d’incendie et d’urgence du Queensland (QFES) a recours à la technologie de réalité virtuelle pour réduire les risques et les coûts de formation de nouvelles recrues. Le projet qui consiste à développer des programmes de formation vidéo en réalité augmentée et virtuelle est mené en collaboration avec des chercheurs de l’Université Deakin et l’Université de technologie du Queensland.

Selon l’inspecteur QFES Bruce Budge, l’organisation de formation au sein d’un compartiment en feu nécessite entre 5000 à 10 000 dollars australiens. Cela requiert également beaucoup de temps dans la mesure où il est impératif de respecter les protocoles de préparation avant la mission ainsi que le processus de nettoyage et de décontamination qui vient après.

Des pompiers qui essayent de contrôler le feu. Crédits: Pixabay

En optant pour la technologie de réalité virtuelle, le QFES réduit considérablement les dépenses et gagne plus de temps par la même occasion.

Des simulations qui sont proches des réalités

Un bon nombre d’équipements technologiques sont déployés pour que les programmes de formation VR à 360 degrés soient couronnés de succès. D’après Bruce Budge, les nouvelles recrues s’entraînent à l’aide des grands écrans de projecteur, des casques VR et des dispositifs de retour tactiles comme des gilets chauffants et des enrouleurs de tuyaux.

Il est vrai que les incendies virtuels ne sont pas vraiment les mêmes que les vrais feux. Les initiateurs du projet ont toutefois veillé à ce que les simulations soient les plus proches possible des réalités et ne compromettent pas la capacité d’apprendre.

À lire aussi : Magic Leap a collecté 350 millions de dollars

Les formations virtuelles s’avèrent être très utiles

Grâce aux formations virtuelles, les futurs sapeurs-pompiers qui n’ont aucune expérience en matière de lutte contre les incendies pourront s’y habituer au grand feu avant même de se retrouver sur un terrain réel. Les formations virtuelles visent à donner aux nouvelles recrues un aperçu de comment les feux se propagent et comment réagir face à la situation.

Dans la majorité du temps, les pompiers se retrouvent dans des situations dangereuses. En cas d’incendie de compartiments par exemple, les soldats du feu sont en butte à des températures allant jusqu’à 800 degrés Celsius.

Budge explique que la vie des pompiers repose avant tout sur les décisions que ces derniers prennent lorsqu’ils travaillent dans un endroit en feu. Les formateurs au sein du QSFE doivent donc s’assurer que les nouvelles recrues sont en mesure d’adopter les bonnes attitudes avant de les envoyer sur une vraie mission.

À lire aussi : Le PlayStation VR 2 de la PS5 sort un peu du bois