Le service Internet.org a du plomb dans l’aile, mais Facebook persiste et signe

Internet.org n’arrive plus à convaincre. Plusieurs sites et médias indiens ont effectivement décidé de se désolidariser du projet. Craignant un effet boule de neige, Mark Zuckerberg a donc pris la plume – virtuelle – pour défendre son service.

Facebook a séduit plusieurs centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde et le géant des réseaux sociaux ne compte pas s’endormir sur ses lauriers. Il veut effectivement connecter l’ensemble de la planète et c’est d’ailleurs ce qui l’a poussé à travailler sur des drones autonomes capables de faire plusieurs fois le tour du globe sans jamais regagner la terre ferme.

Internet.org

Internet.org est un beau projet, mais il soulève aussi de nombreuses questions.

Mark Zuckerberg a initié le projet Internet.org en août 2013. Derrière ce nom sulfureux se cache en réalité un partenariat soutenu par plusieurs entreprises et notamment par Facebook, Qualcomm, Opera Software, Samsung ou encore MediaTek et Nokia.

Internet.org veut connecter le monde

Un partenariat qui n’a qu’une seule vocation : favoriser l’accès à internet pour tous, et surtout dans les pays en voie de développement.

Comment ? En s’appuyant sur différentes infrastructures (drones, connexions satellites, etc) et sur une application mobile spécifique donnant un accès gratuit à différents services et à différents sites d’information comme Facebook, Google Search, Messenger, Wikipédia ou même AccuWeather.

L’intérêt de cette application est assez simple puisqu’elle n’engendre aucun coût supplémentaire sur la facture de l’abonné grâce à des accords négociés avec des opérateurs locaux.

Si vous voulez en savoir plus sur son histoire et sur son fonctionnement, vous pouvez vous rendre sur cette page.

C’est précisément cet outil qui se trouve actuellement au centre d’une nouvelle polémique soulevée par plusieurs médias indiens.

Ils accusent Facebook de porter atteinte à la neutralité du net. Pour eux, tout le monde doit pouvoir accéder aux mêmes sites, sans aucune discrimination. Et tout le problème est là, justement, puisque les services proposés par le biais de cette application sont choisis par… le géant américain.

Mark Zuckerberg n’a pas manqué de répliquer, par le biais d’une publication partagée sur son réseau social.

Il explique en substance qu’il s’est souvent engagé en faveur de la neutralité du net et qu’il pense lui aussi que tout le monde devrait pouvoir profiter de la richesse du réseau des réseaux sans aucune limite. Toutefois, il estime aussi que son application peut aider les gens les moins aisés.

Pour lui, un accès limité vaut mieux que pas d’accès du tout.

Sur le principe, il est difficile de ne pas être d’accord mais cette initiative n’est pas non plus désintéressée. Après tout, Internet.org pourrait potentiellement permettre à Facebook de toucher des millions d’utilisateurs supplémentaires sur des marchés particulièrement porteurs.