Le smartphone pliable Motorola Razr est très compliqué à réparer

Motorola est depuis plusieurs années dans l’ombre des principaux constructeurs du marché téléphonique. Histoire de gagner du terrain, le constructeur a décidé de commercialiser un smartphone pliable, format qui pourrait bien être largement adopté dans les années à venir. De quoi prendre de l’avance alors que peu de modèles sont en circulation – on peut compter sur les Galaxy Fold et Galaxy Z Flip de Samsung, mais aussi le Mate X de Huawei. Malheureusement, les smartphones pliables requièrent des technologies pointues et impliquent une certaine fragilité. Et aujourd’hui, le smartphone pliable de Motorola passe sur la table d’opération de iFixit.

Un site spécialisé dans l’expertise sur la réparation des appareils électroniques.

Le Razr pliable de Motorola

Le Razr pliable de Motorola

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Razr de Motolora est compliqué à réparer !

Un smartphone pliable très compliqué à démonter et réparer

Ce n’est pas un secret : les smartphones pliables sont soumis à une certaine complexité dans leur construction, surtout lorsque l’on sait que ces modèles sont développés depuis peu. Samsung l’avait prouvé avec de nombreux reports de la sortie du Galaxy Fold après de nombreux soucis, notamment au niveau du châssis et des écrans. Ce n’est donc pas surprenant si le smartphone pliable Motorola Razr affiche la pire note chez iFixit avec… une « réparabilité » notée 1/10 !

iFixit explique que le remplacement de la batterie est très compliqué puisqu’il faut dessouder tout le smartphone pliable. Et désassembler le Motorola Razr n’est pas aisé avec un port fixé à la carte mère, des coques et autres éléments collés et très résistants. La façon dont est assemblé le modèle est également très complexe. Autant de difficultés qui justifient la piteuse note de 1 sur 10.

Reste qu’il faut garder en tête que le Motorola Razr est l’un des premiers smartphones pliables et que la technologie n’est pas encore maîtrisée par les constructeurs. Nul doute qu’avec les modèles suivants, la « réparabilité » des appareils va s’améliorer.

En attendant, et face à la complexité de réparation du Motorola Razr, mieux vaut ne pas le faire tomber sous peine de payer une facture très salée en cas de cassure. D’autant plus que le smartphone est, de base, assez coûteux !

Mots-clés motorola razr