Le Soldat inconnu s’est trouvé un visage, grâce à 30 000 photos

Le jour du 11 novembre est consacré à la commémoration du centenaire de l’armistice signé en 1918, qui marquait la fin de la Première Guerre Mondiale. Afin de rendre hommage aux femmes et aux hommes ayant perdu leur vie lors de ce conflit historique, une équipe de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne a élaboré un portrait-robot combinant trente mille visages de soldats, obtenus à partir d’anciennes photos.

L’aboutissement de ce chef-d’œuvre, conçu grâce à une intelligence artificielle, a nécessité six mois de labeur. Le résultat a été baptisé « le Soldat inconnu ». Ce visage anonyme, doux et paisible, est une superposition de visages de soldats et infirmiers français, canadiens, américains, italiens, russes, etc.

Soldat Inconnu

Il est toutefois dommage que les six cent mille fils d’Afrique, connus sous l’appellation de « tirailleurs sénégalais », qui ont prêté main-forte aux Alliés, n’ont pas été représentés. Les images originales sont disponibles sur le site dédié au Soldat inconnu.

Un visage terriblement émouvant

« On est tellement habitués à voir des listes de noms sur les monuments aux morts, que c’est important de pouvoir mettre un visage sur ces noms, et dans le cadre de ce projet, je pense que l’occasion est exceptionnelle », a souligné le développeur Grégoire Divaret-Chauveau. « Pour moi, c’était important de sortir ces livres de ma bibliothèque et de les rendre accessibles. »

« Le portrait final est constitué d’hommes et de femmes de toutes les origines, sans distinction de nationalité ou de camp. Vainqueurs et vaincus ne forment qu’un seul et même visage », a expliqué l’Historial de la Grande Guerre.

« Ce visage est terriblement émouvant », a décrit un porte-parole. « Il est moustachu, assez doux, le regard est pénétrant et en même temps apaisé. Il nous regarde avec une certaine distance, mais aussi avec une grande profondeur. Cent ans après, ce sont des visages oubliés puisque les familles directes ne sont plus là. C’est un projet de longue haleine qui montre que le centenaire ne s’arrête pas, et que le devoir de mémoire et l’enjeu d’histoire vont continuer. »

Un portrait-robot qui symbolise l’humanité en guerre

« Notre outil permet d’analyser la plupart des portraits malgré la faible qualité des photos d’époque, de leur trame ou de leur prise de vue », peut-on lire sur le site officiel.

« Les photos sont scannées, pas nécessairement de face, mais parfois de trois quarts », a expliqué Hervé François, directeur de l’Historial de la Grande Guerre. « Avec l’intelligence artificielle, l’algorithme réussit à reconstituer les visages et surtout à constituer un portrait-robot qui symbolise l’humanité en guerre. »

Crédits Image : Historial de la Grande Guerre