Le Stratolaunch, l’avenir de la conquête spatiale ?

Le Stratolaunch, un avion expérimental de la compagnie américaine Scaled Composites, a fait un pas de plus vers son objectif. Ce gigantesque avion vient de réaliser son deuxième vol d’essai le 29 avril 2021. Lors de ce deuxième test, l’appareil a volé à une altitude de 4 267 mètres, durant 3h14, soit 44 minutes de plus que lors du premier vol d’essai en avril 2019 où il a volé à 5 181 mètres pendant 2h30.

Le projet Stratolaunch a été imaginé et développé en 2011 afin de servir d’avion-porteur pour des lanceurs aéroportés de puissance moyenne. L’objectif est de tirer un maximum de profit du lancement d’un satellite en haute altitude pour réduire les contraintes techniques et logistiques d’un lancement standard depuis le sol.

Crédits Unsplash

Le Stratolaunch est conçu pour le transport d’engins spatiaux, mais l’armée américaine pourrait s’intéresser au projet et y trouver un avantage militaire.

Quelles sont les configurations du Stratolaunch ?

Le Stratolaunch n’a rien à envier aux autres grands avions déjà commercialisés en termes de taille. L’aéronef fait 73 mètres de long pour 15 mètres de haut et avec son double fuselage, il a 117 mètres d’envergure. Ce qui fait qu’il est actuellement le plus large du monde.

Cet appareil pèse 230 tonnes à vide et offre une possibilité de charge de 227 tonnes sous son aile centrale renforcée. Il est propulsé par 6 turboréacteurs Pratt & Whitney, délivrant chacun une puissance de 230 à 275 kN et peut voler à une altitude maximale de 10 668 mètres.

Avantage et inconvénient du lancement en haute altitude 

En termes d’avantages, le lancement via un avion-porteur est surtout d’ordre pratique. Premièrement, les avion-porteurs peuvent décoller et atterrir sur une piste d’avion conventionnelle. Ensuite, l’air moins dense en haute altitude et la vitesse de l’avion-porteur en vol facilitent la mise en orbite basse. Le lanceur aéroporté gagne ainsi en poids qui peut être converti en charge utile.

Si l’avantage concerne les lanceurs aéroportés, l’inconvénient principal est l’avion-porteur. Pour lancer un engin aéroporté, il faut soit modifier un avion déjà existant comme le Lockheed TriStar pour le Pegasus, soit concevoir un nouveau modèle d’avion. À la fin, la facture peut revenir plus chère que pour un lancement classique.

Le Stratolaunch Talon-A, un lanceur hypersonique réutilisable, est en cours de développement, dont le premier vol est prévu pour 2022.

Mots-clés stratolaunch