Le système solaire aurait volé plusieurs astéroïdes interstellaires lors de sa formation

Les astrophysiciens ont établi que, au fil du temps, l’univers s’étend. C’est un fait que les scientifiques n’arrivent pas encore à expliquer avec exactitude. Si l’on se base sur ce modèle, il y aurait, donc, eu une époque où le cosmos était beaucoup plus étroit qu’il ne l’est aujourd’hui. Ainsi, lors de la formation du système solaire, estimée à il y a environ quatre milliards d’années, les objets célestes étaient plus proches.

Selon une nouvelle étude, à ses débuts, le système solaire a ainsi capturé des astéroïdes venant d’autres galaxies.

Crédits Pixabay

La recherche a été effectuée à partir d’un échantillon composé de vingt et un objets de la Voie lactée. Il s’agit essentiellement d’étranges roches spatiales connues sous le nom de Centaures et de quelques autres astéroïdes aux propriétés déroutantes.

Les travaux de l’équipe ont été publiés le 23 avril dans un article de la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

La force de gravité était beaucoup plus intense qu’aujourd’hui

Les Centaures tournent autour du soleil dans les environs de Jupiter et de Saturne. Depuis longtemps, ces roches ont intrigué les scientifiques à cause de l’imprévisibilité de leur orbite. Normalement, selon le modèle qui prédit les déplacements des objets du système solaire, ils devraient se heurter à d’autres corps ou s’évader de la Voie lactée.

Or, ce n’est pas le cas. Les chercheurs ont alors avancé l’hypothèse selon laquelle ces roches à trajectoires déroutantes ne sont pas nées dans le système solaire. Pour vérifier cette théorie, les scientifiques de l’équipe ont cloné les objets de l’échantillon des dizaines de milliers de fois à travers des simulations informatiques afin de déterminer le scénario le plus plausible.

D’après l’explication proposée par Fathi Namouni, auteur principal de l’étude et astronome à l’Observatoire de la Côte d’Azur, en France, « la proximité des étoiles signifiait qu’elles ressentaient beaucoup plus fortement la gravité des autres à l’époque qu’aujourd’hui ». C’est ce qui aurait fait que les astéroïdes aient été arrachés d’un système stellaire à un autre.

Une théorie qui se tient

L’idée selon laquelle certains objets du système solaire sont nés ailleurs ne date pas d’hier. Récemment, les astronomes en ont eu la confirmation après le passage d’Oumuamua et de la comète Borisov, des intrus venus de galaxies voisines. Toutefois, les deux visiteurs n’ont fait que passer.

Selon les chercheurs, ils n’ont pas été coincés, car l’univers s’est beaucoup élargi depuis tout ce temps.

Notons que l’importance de cette trouvaille réside dans le fait que, pour l’heure, il est plu facile d’étudier des objets situés dans la galaxie que ceux qui se trouvent dans l’espace lointain. « Cette population nous donnera des indices sur la naissance du soleil, sur la façon dont la capture des astéroïdes interstellaires s’est produite, et sur le rôle que la matière interstellaire a eu dans l’enrichissement chimique du système solaire et dans la formation de son évolution », a avancé Maria Helena Morais, coauteure de l’étude et astronome à l’Universidade Estadual Paulista, au Brésil.

Mots-clés astronomieespace