Le système solaire compte un nouvel anneau de poussières

Depuis plus de dix ans, les astronomes pensaient que l’anneau de poussières de Vénus s’était formé comme celui de la Terre. En effet, l’anneau de poussières terrestre provient principalement de la ceinture d’astéroïdes, situé entre Mars et Jupiter.

Puisque la plupart des astéroïdes du système solaire sont dans la ceinture, les poussières proviennent de leurs collisions et de leurs frottements. Certaines d’entre elles sont piégées par la gravité de la planète.

Message extraterrestre

Crédits Pixabay

En modélisant la formation des anneaux de poussières du système solaire, deux scientifiques ont remarqué une anomalie. L’anneau de Vénus ne s’est pas formé à partir des poussières de la ceinture. Celles-ci ne traversent pas l’orbite de Vénus avant de parvenir au Soleil.

L’astrophysicien Petr Pokorny, du Goddard Space Flight Center, et Mark Kuchner, son partenaire de recherche, ont essayé de comprendre l’origine de l’anneau de Vénus. Les résultats ont été publiés dans The Astrophysical Letters, le 12 mars 2019.

Nous avons créé nos propres sources de poussière

Les deux chercheurs ont alors introduit d’autres sources de poussières dans leur modèle. Ils y ont intégré des astéroïdes, des comètes Oort Cloud, d’autres types de comètes et de récentes collisions dans la ceinture d’astéroïdes. « Mais aucun d’entre eux n’a fonctionné », a déclaré Kuchner. « Nous avons donc commencé à créer nos propres sources de poussière. »

Les astronomes pensent donc que la poussière de l’anneau de Vénus provient d’un groupe d’astéroïdes situé sur l’orbite de Vénus. Ils ont alors conçu une autre simulation qui prend en compte différents groupes d’astéroïdes avec différentes résonances. Seul un groupe avec une résonance 1: 1 a été retenu.

L’anneau de Vénus est gigantesque. Il mesure environ vingt millions de kilomètres de haut en bas et huit millions de kilomètres de large.

Des indices sur la formation du système solaire ?

« Je pense que la chose la plus excitante à propos de ce résultat est qu’il suggère une nouvelle population d’astéroïdes qui contient probablement des indices sur la formation du système solaire », a souligné Kuchner.

Cependant, les deux astronomes reconnaissent que trouver ces astéroïdes dans le supposé nouvel anneau ne sera pas facile. « Nous pensions avoir découvert cette population d’astéroïdes, mais nous devions ensuite le prouver et montrer que cela fonctionnait », a affirmé Pokorny.

« Nous sommes excités, mais vous réalisez ensuite : « Oh, il y a tellement de travail à faire ». »

Mots-clés astronomieespace