Le taux de chômage flambe dans le secteur des NTIC

Le nombre de chômeurs dans les secteurs des télécommunications et de l’informatique ne cesse de monter en flèche. Pour cette année 2017, près de cinquante mille personnes sont sans travail particulièrement dans les secteurs des NTIC. C’est le niveau de chômage le plus élevé que le secteur technologique ait connu jusqu’à présent.

En 2016, le Pôle Emploi rapportait une baisse du taux de chômage dans les secteurs de la télécommunication et de l’informatique, cette année ne semble pas aussi prometteuse. Deux mille neuf cents chômeurs ont été recensés en seulement deux mois. Le bilan semble ainsi désastreux pour cette année 2017 sauf si une baisse est enregistrée jusqu’à la fin de l’année.

Emploi Facebook

Pour le moment, le bilan est de 50.000 chômeurs, un nouveau record par rapport au bilan de l’année 2015-2016 où le nombre des chômeurs était de 49.700.

Une hausse du nombre d’inscrits à la formation sur les métiers en tension

Une des solutions pour faire face au taux de chômage progressif dans le domaine des télécommunications et de la technologie est la formation sur les métiers en tension. Au cours du mois de juin et d’août 2017, deux mille neuf cents chômeurs s’y étaient déjà inscrits.

De même, le problème du chômage touche aussi les personnes de la catégorie A. Si en juin 2017, le nombre de personnes sans activité périodique était de 31.500, en août 2017, ils étaient 39.600 demandeurs d’emploi soit un rajout de 2.100 personnes. Malgré que ce nombre ne supplante pas encore le record de 41.000 demandeurs d’emploi en 2003, la situation est d’ores et déjà critique.

Un possible rabais du taux de chômage jusqu’au mois de décembre 2017

Toutefois, la situation peut encore changer jusqu’à la fin de l’année 2017.

Ces dernières années ont montré que le taux de chômage diminuait toujours au cours des derniers mois de l’année en cours. De plus, les entreprises évoluant dans le secteur numérique semblent avoir redémarré leurs activités.

Les start-ups, ESN et éditeurs numériques ne sont pas les seuls à employer des profils informatiques. Les personnes recourant à ces services créent également des emplois, tout comme elles en suppriment quelques fois. C’est le cas de l’externalisation ou l’utilisation d’une technologie automatisée.

Mots-clés emploi