Le télescope James Webb réussit avec succès l’un de ses tout derniers tests avant lancement

Après le Comprehensive Systems Test ou CST, le James Webb Space Telescope (JWST) a également passé sans encombre la série de test acoustique et de vibrations. La NASA est en bonne voie donc pour le lancement de son télescope spatial, prévu le 31 octobre 2021.Une étape cruciale a été par conséquent franchie par le successeur d’Hubble qui reprendra bientôt le flambeau.

Les techniciens Northrop Grumman, en charge de la construction de l’appareil depuis 2002, vont enfin voir le bout du tunnel nonobstant l’annonce du report du lancement par la NASA, une fois de plus. Le James Webb Telescope devait en effet être mis en orbite en mars 2021.

Crédits Pixabay

Il a été repoussé de quelques mois pour des raisons techniques, mais également à cause de la pandémie du coronavirus.

Un autre petit pas pour l’Homme

La date de lancement du télescope spatial James Webb approche ainsi à grands pas. La NASA compte en effet envoyer dans l’espace ce puissant instrument d’observation dans exactement 13 mois, et tout porte à croire que le deadline sera cette fois-ci respecté. La solidité de l’appareil a été évaluée dans des conditions réelles, le but de ces tests consistant à savoir si l’appareil arrivera à rester intact une fois sorti de l’atmosphère terrestre.

Rappelons que le JWST sera en orbite autour du soleil et à une distance de 1,5 million de kilomètres du globe terrestre. Cela rend impossible toute intervention humaine en cas de problème ou pour la maintenance. De ce fait, il est vital que le télescope soit parfaitement opérationnel et exempt de défaut. La réussite de ce test rend plutôt optimiste.

Un télescope plus puissant et imposant que son prédécesseur

Le JWST est beaucoup plus puissant et plus performant que son prédécesseur, le télescope spatial Hubble. Pour la petite comparaison, le miroir primaire du James Webb s’étend sur une envergure de 6,5 mètres. Il est également équipé d’un imposant boulier thermique de 22 mètres de long.

La masse totale de ce télescope avoisine les 6 tonnes. De ce fait, il sera transporté vers sa destination finale par une fusée Ariane 5 qui décollera depuis la Guyane française (centre spatial de Kourou).

La construction du télescope a déjà couté pas moins de 10 millions de dollars à la NASA et ses collaboratrices, l’Agence spatiale européenne (ESA) et de lAgence spatiale canadienne (ASC).