Le torchon brûle entre YouTube et Clearview AI

La startup new-yorkaise Clearview AI est actuellement dans le viseur de plusieurs grandes entreprises américaines. Cette société fondée en 2016 propose aux administrations américaines et notamment à près de 600 services de police aux États-Unis, des services de reconnaissance faciale.

Le problème avec cette startup,  c’est qu’elle ne se sert pas d’images issues de bases de données officielles, mais plutôt de photos qu’elle glanait sur Facebook, Google, Linkedin ou encore YouTube. Dans une enquête publiée le 18 janvier dernier, le New York Times a révélé que cette entreprise a pu obtenir les visages de 3 milliards de personnes en  passant par ces géants du web.

youtube

Crédit photo PIXABAY

Ayant pris connaissance de cette situation, Google est monté au créneau et a demandé à Clearview AI d’arrêter d’utiliser les vidéos YouTube pour étoffer sa base de données.

Une pratique qui va à l’encontre des conditions d’utilisation de YouTube

Récemment, YouTube a envoyé une lettre de cessation et d’abstention à l’encontre de Clearview AI devant un tribunal. D’après CBS News, la plateforme y stipule qu’elle interdit formellement la récolte d’images par des tiers dans le but d’identifier des individus.

« Les conditions d’utilisations de YouTube interdisent explicitement la collecte de données qui peuvent être utilisées pour identifier une personne. Clearview a admis publiquement qu’elle avait enfreint ces règles, et en réponse à cela nous leur avons envoyé une lettre de cessation et d’abstention. »

Clearview AI compte riposter

Clearview AI ne compte pas se laisser faire. Face à la décision prise par YouTube, Hoan Ton-That, le PDG de la startup new-yorkaise, a fait savoir qu’il allait contester la lettre de cessation et d’abstention de la plateforme.

Pour se défendre, il a déclaré que Google faisait la même chose pour récolter les images qui remplissent son moteur de recherche. Hoan Ton-That estime que Clearview AI est dans son bon droit si on se réfère au premier amendement à l’information public. II est à noter que ses photos ne servent pas uniquement à alimenter la base de données de Clearview AI. La startup les utilise également pour entraîner son IA à identifier des personnes.

En réponse aux déclarations de Hoan Ton-That, Google a indiqué que leurs pratiques n’étaient pas comparables, car les sites dont Google se sert pour collecter ses images veulent apparaître sur le moteur de recherche et qu’ils peuvent se désinscrire à tout moment. Affaire à suivre…

Mots-clés youtube