Le traitement du Covid-19 au chloroquine va bénéficier d’un essai clinique de grande ampleur au niveau européen

Les temps sont vraiment durs et les recherches afin de trouver un traitement pour le coronavirus COVID-2019 font rage. Et ces derniers temps, on entend beaucoup parler de divers traitements associant des molécules utilisées pour la lutte antipaludéenne avec des antibiotiques, censées être efficaces pour la lutte curative du Covid-19.

En effet, la chloroquine et sa variante, l’hydroxychloroquine, se présentent comme des candidats potentiels pour combattre le COVID-2019. Mais ces dernières ne manquent pas de se faire discréditer par certains membres de la communauté scientifique, qui les catégorisent en tant que « fausses solutions ». Cependant, un essai clinique de masse leur est enfin accordé afin de vérifier leur efficacité.

Crédits Pixabay

On apprend ainsi que le traitement à base de chloroquine proposé par le professeur de microbiologie français spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille et infectiologue, Didier Raoult, fait désormais partie du panel d’essai clinique européen Discovery.

Discovery permettra à la chloroquine de faire ses preuves

Un essai clinique de grande ampleur permettra ainsi de savoir si le traitement du COVID-2019 par le biais de la chloroquine sera bien efficace ou non. Ces tests compteront 4 médicaments candidats, dont la chloroquine, et seront menés sur 3.200 personnes infectées en Europe, dont 800 en France.

En France, l’essai clinique Discovery a été lancé ce dimanche dans divers CHU basés à Paris, Lyon, Nantes et Lille, et s’étendra progressivement vers des dizaines de centres, a rapporté l’infectiologue et superviseur de l’essai qui se déroule à l’hôpital Bichat au nord de Paris, Jad Ghosn. Lors de cet essai clinique de grande ampleur, en plus de la chloroquine, 3 antiviraux seront également testés.

Les patients seront alors partagés en cinq groupes spécifiques. Le premier groupe sera sous placebo et seulement traité pour les symptômes. Pour le deuxième groupe, l’antiviral destiné à traiter le VIH, le Kaletra, en combinaison avec l’interféron bêta lui sera administré (troisième groupe). Quant au quatrième groupe, l’efficacité d’un antiviral destiné à traiter l’Ebola, le remdésivir, sera testée sur celui-ci. Un dernier groupe sera testé pour sa réponse au traitement à la chloroquine.

Des résultats des tests cliniques sur la chloroquine très attendus

À partir de ce vendredi, ce dernier groupe sera traité par le biais de la chloroquine et permettra aux chercheurs de connaître l’efficacité de cette dernière. Effectivement, commercialisée sous le nom de la Plaquenil, l’hydroxychloroquine est déjà très utilisée, alors que les résultats cliniques de cette dernière contre le COVID-2019 ne sont pas encore confirmés.

L’intégration de la chloroquine dans l’essai Discovery sera donc indispensable pour connaître son efficacité. Pour cet essai clinique massif, des centaines de patients se succéderont par vagues en France puis dans d’autres pays européens et les résultats seront donnés dans 6 semaines, tout au plus.

Mots-clés Covid-19santé