Les trous de ver seraient bien traversables

Les scientifiques se sont longtemps intéressés aux trous de ver. Pour faire simple, il s’agit d’objets hypothétiques qui seraient capables de relier deux régions distinctes de l’espace-temps. Albert Einstein et Nathan Rosen sont les premiers à avoir évoqué leur existence en 1935. Pour les chercheurs, ces objets représentent le moyen idéal de voyager rapidement à travers la Voie lactée.

Cependant, si on se fie à la théorie de la relativité générale d’Einstein, il est impossible de traverser les trous de ver. Pendant des années, les scientifiques ont cherché à réfuter cette hypothèse. Certains d’entre eux ont déclaré que les trous de ver étaient traversables. Toutefois, pour y arriver, il faudrait de l’énergie négative en grande quantité.

Crédits Pixabay

Récemment, une équipe internationale de chercheurs a proposé une solution qui permettrait de prouver qu’il est possible de passer à travers ces fameux trous de ver.

Au cœur de l’équation d’Einstein-Dirac-Maxwell

La bonne nouvelle, c’est que cette solution ne fait pas appel à de l’énergie négative. Les auteurs de cette étude se sont basés sur la théorie d’Einstein-Dirac-Maxwell pour réaliser leurs travaux. Elle a été baptisée ainsi, car elle fait intervenir des aspects des théories de la gravité d’Einstein, de l’électromagnétisme de Maxwell et des particules quantiques de Dirac.

À partir de cette théorie, les chercheurs ont pu établir une équation qui prouve que les trous de ver sont traversables. Pour ce faire, il faudrait d’abord que le corps qui voudrait entamer ce voyage interstellaire se trouve dans un état quantique. Cependant, cette solution ne s’applique pas aux humains et n’est applicable qu’à des atomes de taille microscopique.

A lire aussi : Il existe désormais un manuel pour créer son propre trou de ver

Des calculs complexes

Les calculs qui ont mené à cette conclusion sont assez complexes. Les scientifiques se sont concentrés sur l’étude de particules avec une charge électrique ordinaire. Ils ont révélé que pour une certaine valeur de leur charge totale et de leur masse, il était possible pour ces particules de traverser des trous de ver, une fois associées aux équations d’Einstein, Dirac et Maxwell.

Bien que ces travaux soient intéressants, il ne s’agit pour le moment que d’un modèle comme un autre. L’équipe à l’origine de cette étude prévoit d’approfondir leurs recherches pour voir s’il existe des limites à leur solution. À terme, ils espèrent que leur idée permettra de créer un genre de trous de ver quantique.

Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue Physical Review Letters.

Mots-clés physique