Le whisky américain… un alcool pas comme les autres

Les connaisseurs vous le diront, la différence encore le whisky américain et le scotch se sent directement à leur goût. « Le Scotch acquiert son goût avec l’âge grâce au vieillissement réalisé généralement dans des fûts mûrs, recyclés, tandis que le whisky américain, comme le bourbon, vieillit dans des fûts de chêne calciné neufs. » a déclaré un connaisseur du nom de Matteo Rini.

Toutefois, d’après un scientifique du nom de Stuart Williams, professeur à l’Université de Louisville dans le Kentucky, la différence entre le whisky américain et le Scotch serait également visible à l’œil nu.

crédits Pixabay

Stuart Williams a expliqué dans une récente étude qu’au moment de l’évaporation, le whisky américain laissait des traces ressemblant à des toiles d’araignées, chose qui n’arrive pas avec le Scotch.

Des réseaux de whisky

D’après Stuart Williams, lorsqu’une goutte de bourbon diluée s’est évaporée dans des conditions soigneusement contrôlées, elle finit par former ce qu’il appelle un « réseau de whisky. »

Ces traces sont constituées de minces filaments qui forment divers motifs ressemblant à des toiles d’araignées ou des vaisseaux sanguins. Stuart Williams a voulu vérifier s’il en était de même avec le Scotch en utilisant un whisky Glenlivet. Les résultats obtenus n’étaient pas les mêmes.

Des réseaux liés à la teneur en alcool

Pour s’assurer que la formation de ces réseaux de whisky n’était pas le fruit d’une simple coïncidence, Stuart Williams a reproduit l’expérience avec 66 autres sortes de whisky américain. Sur les 66 whiskies testés, un seul n’a pas créé de réseau au moment de l’évaporation.

D’après Stuart Williams, la formation de ces toiles de whisky serait liée à la teneur en alcool. Le scientifique et son équipe ont indiqué que lorsque le taux d’alcool par volume était supérieur à 30%, il n’y aurait qu’un film uniforme qui se formerait après l’évaporation. Ce n’est que lorsque le taux d’alcool par volume est compris entre 20 et 25% que les réseaux de whisky apparaissent. Williams a indiqué que la prochaine étape de cette expérience serait d’identifier les produits chimiques à l’origine de la formation de ces réseaux de whisky.

D’après Matteo Rini, « La compréhension de ce phénomène au niveau chimique pourrait aider à détecter les contrefaçons illégales. » de Scotch.

Mots-clés étudeswhisky