Lee Sang-hoon, le président de Samsung Electonics, en prison pour sabotage syndical

En 2013, Samsung avait fait les choux gras de la presse suite aux accusations portées à l’encontre de son directeur financier, Lee Sang-hoon (aujourd’hui président de la firme), qui aurait saboté les efforts syndicaux entrepris par un groupe d’employés de la firme internationale.

L’affaire a été portée devant la justice sud-coréenne, et il aura fallu attendre six ans pour que les Juges tranchent enfin, et ce n’est pas en faveur de Lee Sang-hoon. Le Financial Times rapporte que ce dernier a été condamné à dix-huit mois de prison pour ses crimes.

PC Prison

Crédits Pixabay

Une vingtaine d’autres anciens et actuels responsables de Samsung ont également été reconnus coupables d’avoir participé au sabotage. Durant cette période, Lee Sang-hoon et ses complices ont entravé l’activité syndicale des employés en menaçant de réduire leur salaire.

Le géant sud-coréen tente de redorer son image

Suite à cette mauvaise publicité, Samsung a affirmé sa volonté d’améliorer sa culture d’entreprise. Pour ce faire, l’entreprise a décidé d’adopter des démarches en faveur de l’émancipation des mouvements syndicaux.

À noter que l’année dernière, la société a déjà commencé à faire un pas dans ce sens en approuvant l’existence d’un syndicat de 1 000 employés. À cela s’ajoute la création d’un autre mouvement syndical de l’entreprise sous la protection d’un groupement syndical sud-coréen.

Dans un communiqué, Samsung Electronics a assuré comprendre parfaitement l’importance d’un groupement syndical dans une entreprise de son envergure. La multinationale a ainsi promis de s’engager à mieux respecter ses employés grâce à une meilleure gestion de travail.

La gestion de Samsung en mauvaise posture ?

Dans le but d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise, Samsung Electronics souhaite déléguer plus de pouvoir au conseil d’administration. Malheureusement, ce plan pourrait être grandement compromis maintenant que Lee Sang-hoon est emprisonné. Aux dernières nouvelles, l’homme d’affaires avait continué de diriger l’entreprise durant son procès.

En tout cas ce qui est sur, c’est que cette condamnation du président de Samsung Electronics va modifier le statut de l’entreprise.

En effet d’après les observations de Masahiro Wakasugi, analyste chez Bloomberg Intelligence, Samsung devra subir des expertises approfondies concernant la part d’investissement dans plusieurs domaines. Ces expertises touchent notamment les techniques de gouvernance de la société en matière environnementale, sociale et d’entreprise.

Mots-clés samsung