L’EFF attaque en justice le FBI sur son programme Tattoo Recognition Technology Program

En juin 2017, le FBI a organisé un concours pour trouver des chercheurs aptes à travailler avec le gouvernement en vue de mettre au point un programme visant à détecter et analyser les images des tatouages. À l’issue de ce concours, une équipe de chercheurs américains avaient été choisis pour travailler sur le programme secret Tattoo Recognition Technology Program.

Ce programme est dirigé depuis 2014 par le National Institute of Standards and Technology (NIST) et financé par l’agence de renseignement américaine. Il s’agit d’un algorithme qui ambitionne de remplacer les « recherches manuelles dans les bases de données sur les marques corporelles, qui font perdre du temps, par un logiciel de comparaison d’images pour aider à identifier les victimes de crimes et les suspects. »

Tatouage

Toutefois, la mise en place du Tattoo Recognition Program est menacée par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) qui a lancé une pétition contre le développement de ce programme.

L’EFF s’insurge

L’EFF affirme que « Les plans du FBI pour automatiser la reconnaissance par tatouages vont au-delà du développement d’algorithmes permettant d’identifier les individus. Ces expérimentations facilitées par le NSIT se concentrent aussi sur l’amélioration de la technologie permettant de réaliser des connexions entre des individus ayant des tatouages thématiques similaires. »

L’entité a également mis en exergue l’importance des tatouages dans la liberté d’expression. « Les tatouages servent à l’expression de soi depuis des milliers d’années et peuvent représenter nos pensées les plus intimes, nos croyances profondes et des moments significatifs. Si les forces de l’ordre créent une base de données, nous devons nous assurer que les droits de chacun à la liberté d’expression soient protégés. »

L’EFF réclame la transparence

En vue de la réalisation de ce programme, le NIST a déjà transmis une base de données de 15 000 personnes tatouées au FBI. Les algorithmes du Tattoo Recognition Programm ont été mis à l’épreuve et ont eu un taux de réussite de 36,5%.

De son côté, l’EFF a décidé de porter plainte aux États-Unis contre le Département de la Justice, le Département de la Sécurité Intérieure et le Département du Commerce qui est rattaché au NIST.

Malgré cela, le NIST et le FBI estiment que leur programme sera capable de traiter plus de 100 000 tatouages.