L’incroyable légende du Chronoviseur, la machine à explorer le passé du Vatican

A part le fait d’être le centre névralgique du catholicisme, beaucoup pensent que le Vatican est aussi un lieu renfermant de nombreux secrets concernant notre monde. Parmi ces secrets, il y en a un qui pourrait être considéré comme sortant directement d’un film de science-fiction. Il s’agit d’un appareil dénommé Chronoviseur qui permettrait à son utilisateur de visualiser le passé sur un écran.

En réalité, il n’a jamais été prouvé que le Chronoviseur existait vraiment, pourtant, un prêtre du Vatican du nom de François Brune a indiqué dans un livre publié en 2002 que l’objet mystérieux était bien réel.  

Crédits Pixabay

Selon Brune, c’est le Père Pellegrino Ernetti, un moine bénédictin, qui aurait créé l’appareil et l’aurait gardé secret jusqu’au début des années 60. Au cours de cette période, Ernetti aurait confié à Brune que le Chronoviseur avait été développé par 12 scientifiques dont le physicien Enrico Fermi, Prix Nobel de Physique en 1938, et l’ancien scientifique Nazi Wernher von Braun.

Ainsi, le Chronoviseur serait muni de tubes cathodiques, d’antennes et de métaux spéciaux pouvant capter des signaux sonores et lumineux sur toutes les longueurs d’onde. L’appareil aurait permis à ses inventeurs d’assister à des événements du passé, notamment la crucifixion de Jésus-Christ.

La naissance du Chronoviseur

D’après ce que l’on peut lire dans le livre de Brune intitulé « Le Nouveau Mystère du Vatican », Brune a rencontré le Père Ernetti au cours d’une traversée en bateau sur le Grand Canal de Venise vers le début des années 60. A un certain moment de leur discussion, Brune était en train de donner son avis sur les différentes façons d’interpréter la Bible Chrétienne, et c’est là qu’Ernetti a révélé qu’il avait accès à la vérité grâce à un appareil pouvant remonter le temps.

Ernetti a ainsi déclaré qu’une équipe de scientifiques renommés avait eu comme objectif d’étudier le passé. Pour cela, ils ont créé le Chronoviseur. Sur ce dernier, il y avait une sorte de « radiogoniomètre » qui devait être réglé pour choisir l’époque spécifique que l’on désirait voir sur l’écran. Il était possible d’enregistrer la séquence. Ernetti a expliqué que l’objet fonctionnait comme une télévision qui captait les échos d’époques lointaines « flottant » dans l’espace.

Parmi les événements historiques qu’Ernetti aurait vus en utilisant le Chronoviseur, il y aurait eu le discours de Marcus Tullius Cicero devant le sénat romain en 63 avant J.C. Le prêtre aurait également assisté à la Crucifixion de Jésus-Christ. Avec son équipe, Ernetti aurait ainsi observé les événements les plus importants de la Bible.

A lire aussi : Tentez de doubler votre salaire avec Expectra !

Vérité ou mensonge ?

L’on sait qu’à l’époque, l’invention du Père Ernetti et de son équipe avait été dévoilée au public. Le 2 mai 1972, un magazine italien du nom de La Domenica del Corriere a publié un article concernant le Chronoviseur et les déclarations d’Ernetti. L’article, qui révélait par exemple qu’Ernetti avait assisté au Dernier Souper et possédait une photo souvenir de l’événement, était accompagné d’une photo montrant les Romains en train de crucifier Jésus-Christ.

D’après les informations, Ernetti a maintenu jusqu’à sa mort en 1994 que le Vatican avait caché le Chronoviseur pour éviter qu’il ne tombe entre de mauvaises mains. En 1988, le Saint Siège a déclaré que toute personne utilisant un instrument possédant de telles caractéristiques serait excommuniée, bien que n’ayant jamais officiellement reconnu son existence. Dans une lettre rédigée par Ernetti peu de temps avant sa mort, le prêtre maintient sa version et indique que le Pape Pie XII leur avait demandé de garder secrète toute information concernant l’appareil puisque celui-ci était très dangereux, qu’il pouvait « restreindre la liberté de l’homme ».

Depuis, l’on sait que la plupart des déclarations d’Ernetti ont été réfutées. Par exemple, la photo de Jésus publiée avec l’article de 1972 serait juste une reproduction d’une statue se trouvant dans une église Ombrienne. En 1996, le magazine Paracelsus a publié un article critiquant les déclarations d’Ernetti. L’article se demandait entre autres pourquoi le prêtre n’a pas publié les instructions détaillées pour pouvoir fabriquer l’appareil. Il mentionnait aussi le fait que le schéma du Chronoviseur ressemblait d’assez près à un appareil similaire décrit dans un roman de science-fiction de 1947.

Ainsi, l’existence du Chronoviseur reste aujourd’hui un grand mystère dont le secret réside peut-être entre les murs du Vatican. Qui sait ? On en saura peut-être plus dans un avenir encore indéterminé.