L’élite russe testerait un vaccin contre le Covid-19 depuis avril

Mettre fin à la pandémie de Covid-19, c’est l’objectif que tous les pays du monde veulent atteindre actuellement, et c’est d’autant plus vrai pour ceux qui sont en train de développer un vaccin contre la maladie. Du côté de la Russie, certaines sources indiquent que les tests seraient déjà en cours depuis le mois d’avril, mais surtout que les premiers bénéficiaires du vaccin expérimental seraient ceux qui font partie de l’élite, c’est-à-dire les hommes politiques, les membres de l’administration, ainsi que les milliardaires et les chefs d’entreprises.

D’après les informations qui ont filtré, le vaccin en question serait le produit de Gamaleya Institute qui est financé par l’Etat via l’organisme Russian Direct Investment Fund (RDIF), et également soutenu par le Ministère de la Défense. L’institut vient d’ailleurs d’achever la première phase de test de leur vaccin qui a vu la participation d’environ 40 sujets recrutés auprès du personnel de l’armée.

Crédits Pixabay

Pour l’instant, les résultats de cette première phase de test n’ont pas encore été publiés, toutefois, il semblerait que Gamaleya Institute vient d’entamer la deuxième phase avec un plus grand nombre de participants.

En ce qui concerne les membres de l’élite ayant reçu le vaccin expérimental, Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin, a déclaré qu’il n’avait aucune idée de qui il pouvait s’agir.

À lire aussi : Un bon paquet d’infections au Covid-19 passeraient sous les radars

Le vaccin de Gamaleya Institute

D’après ce que l’on sait, le vaccin expérimental développé par Gamaleya Institute serait un vaccin à vecteur viral basé sur un adénovirus humain.

Ce dernier est un virus responsable de ce que l’on appellerait un rhume commun, mais auquel les scientifiques ont injecté la protéine de spicule du SARS CoV-2. Cette étape est nécessaire pour stimuler la réponse du système immunitaire. Le vaccin russe serait similaire à ce que développe en ce moment la firme chinoise CanSino qui est déjà dans la phase 2 des tests.

Selon les informations, le programme de Gamaleya Institute est en avance par rapport à de nombreux instituts et entreprises occidentaux. D’ailleurs, le responsable du RDIF, Kirill Dmitriev, a annoncé la semaine du 13 juillet dernier que la phase 3 des tests allait débuter le 3 août prochain. Le nombre de participants aux essais sera encore plus élevé puisque le vaccin sera administré à des milliers de personnes en Russie, en Arabie Saoudite, ainsi qu’aux Emirats Arabes Unis. D’après Dmitriev, le vaccin sera disponible au niveau national dès le mois de septembre.

À lire aussi : Le Covid-19 se transmettrait plus rapidement à présent

Une sélection assez floue

Pour ce qui est des premiers tests, des sources impliquées dans le processus de développement du vaccin ont déclaré que plusieurs centaines de « membres » de l’élite ont reçu des injections. Le processus serait tout à fait légal, mais tenu secret pour éviter les problèmes par rapport à un nombre trop élevé de candidats. En tout cas, la façon dont ces candidats ont été sélectionnés n’est pas très claire puisqu’ils ne font pas partie des études menées de façon officielle, même s’ils sont quand même suivis  par l’institut.

Parmi ceux qui ont pu bénéficier des premières injections, l’on sait qu’il y a eu le directeur du Gamaleya Institute ainsi que les membres de l’équipe responsable des tests. Kirill Dmitriev a aussi déclaré que lui et sa famille ont été vaccinés lors des premiers tests. Les sources indiquent que les participants n’ont rien payé, mais ont signé une décharge indiquant être au courant des risques éventuels.

Ainsi, un grand nombre de hautes personnalités ont été vaccinées dès la première phase de test du vaccin contre le Covid-19 en Russie. Espérons seulement que la position des personnes incluses dans les essais n’influencera en aucun cas les résultats. Dans tous les cas, attendons de voir qui sera le premier pays ou encore la première entreprise à produire le premier vaccin vraiment efficace contre le nouveau coronavirus.

À lire aussi : Covid-19, des résultats prometteurs pour un vaccin de Moderna

Mots-clés CoronavirusCovid-19