LELO UK veut que le NHS prescrive la masturbation pour atténuer le stress chez certains patients

En général, la masturbation a été et reste un sujet plutôt délicat. Cependant, des études ont montré que cette pratique pourrait être bénéfique pour le traitement de certaines maladies.

Durant les années 1970, la masturbation a même été prescrite pour traiter les femmes qui souffraient d’anxiété, d’insomnie, de nervosité, de difficultés respiratoires, ou encore de manque d’appétit ou de désir sexuel.

Crédits Pixabay

LELO UK, un fabricant de jouets pour adultes, pense qu’on devrait à nouveau prescrire la masturbation aux patients. L’entreprise a ainsi écrit une lettre ouverte au ministère de la santé britannique pour encourager le NHS (National Health Service) à inclure la masturbation parmi les méthodes de traitement des patients.

La masturbation et ses « effets secondaires positifs »

Les résultats de plusieurs études ont révélé que la masturbation est bénéfique pour la santé, en réduisant le stress, en renforçant la production d’endorphines et en améliorant le sommeil.

Selon Kate Moyle, sexologue travaillant chez LELO UK, le rôle du plaisir est de nous faire nous sentir bien. Selon ses dires, la masturbation et le plaisir que l’on se donne à soi-même peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé, et ce, de différentes manières. Il y a par exemple la libération de l’oxytocine qui est une hormone capable d’abaisser le taux de cortisol. La masturbation permet également de mieux connaître son corps et d’améliorer sa confiance en soi sur le plan sexuel.

Quelques chiffres

Avant d’écrire sa lettre ouverte, LELO UK avait effectué une enquête auprès de 2 000 Britanniques sur les bienfaits de l’orgasme sur leur santé.  À l’issue de l’étude, 78 % des personnes interrogées ont déclaré que les orgasmes les rendaient heureux, et ce, que ce soit avec ou sans partenaire.

D’autre part, 66 % ont affirmé que l’orgasme les faisait se sentir plus productifs. Aussi, 40 % ont déclaré que même cinq jours après, ils pouvaient toujours ressentir le bonheur et l’effet « booster de productivité » causés par l’orgasme.

Marcella Zanchi, responsable marketing chez LELO UK, incite ainsi le ministère de la santé à revoir et à renouveler les méthodes utilisées en matière de bien-être. Elle a déclaré que la masturbation ainsi que le plaisir que l’on se donne à soi-même  devraient être prescrits aux patients en fonction de leurs besoins, dans le cadre d’un programme de bien-être plus large.

Mots-clés masturbationsanté