L’épouse d’une astronaute accusée d’avoir inventé un crime spatial

Le 19 mars 2019, Summer Worden a porté plainte contre son épouse, Anne McClain, une astronaute de la NASA. L’affaire a été rapportée par le New York Times en août 2019. Le dossier a suscité l’intérêt des médias du monde entier, car si les allégations de la plaignante sont confirmées, il s’agirait du premier crime commis dans l’espace.

En effet, Worden accusait sa femme d’avoir trafiqué son compte bancaire alors que celle-ci était à bord de l’ISS (Station Spatiale Internationale).

Crédits Pixabay

Dans sa plainte, Worden a souligné que, après une mésentente au sein du couple, elle a bloqué l’accès à McClain en modifiant les informations de connexion de son compte. Or, l’enquête a révélé que Worden et McClain partageaient l’accès à plusieurs comptes jusqu’au 31 janvier 2019.

Pourtant, McClain s’est rendue à la Station spatiale internationale le 3 décembre 2018.

À cet effet, un acte d’accusation a été formulé à l’encontre de Worden, l’accusant d’avoir menti sur le supposé « premier crime spatial ». Au total, elle risque dix ans de prison et une amende de 250 000 dollars.

Deux fausses accusations d’activités criminelles

« Un acte d’accusation fédéral a été formulé contre une femme de 44 ans pour avoir fait de fausses déclarations aux autorités fédérales », peut-on lire dans une déclaration faite par le procureur Ryan Patrick du bureau du procureur des États-Unis, dans le district sud du Texas.

Concrètement, Worden est accusée d’avoir menti sur le présumé crime à deux reprises. La première fausse accusation concernerait la plainte qu’elle a déposée auprès de la Commission fédérale du commerce, en mars 2019. La seconde est en rapport avec les déclarations qu’elle a faites au Bureau de l’inspecteur général de la NASA en juillet de la même année.

Une séparation douloureuse et personnelle

Notons que l’enquête est, actuellement, menée conjointement par ces deux organismes. En outre, il est important de souligner qu’un acte d’accusation n’est pas une condamnation. C’est plutôt une accusation formelle de comportement criminel.

Rappelons que, après que le scandale a éclaté, McClain a été obligée de descendre sur Terre et de se justifier au grand public. « Nous avons vécu une séparation douloureuse et personnelle qui est maintenant malheureusement dans les médias », a-t-elle déclaré. « J’apprécie l’effusion de soutien et je me priverai de faire commentaires jusqu’à la fin de l’enquête. »

À travers ses plaintes, Worden a également contraint McClain à dévoiler son orientation sexuelle. Néanmoins, cela ne fait pas d’elle la première astronaute homosexuelle connue. En effet, Sally Ride était la toute première, mais ses préférences sexuelles n’ont été révélés au grand jour qu’après sa mort en 2012.