Quand Google et Facebook cherchent à lire dans vos pensées avec leurs algorithmes

De nos jours, il est quasiment impossible d’échapper à la publicité lorsqu’on se connecte sur internet. Les géants de la toile comme Facebook et Google vous en proposent tout le temps que vous passez sur leur site.

Ce qui est étonnant c’est que parfois, les produits proposés reflètent exactement vos pensées et correspondent à ce que vous recherchez sur le moment. Mais comment font-ils ?

Tout d’abord, il faut savoir que les plateformes internet comme Google et Facebook vivent de la pub. Pour pouvoir proposer une annonce qui correspond à ce que le visiteur recherche, ils doivent collecter des données concernant ce visiteur. Pour analyser ces données, ils utilisent ensuite des algorithmes spécifiques.

Ainsi, il ne faut pas s’étonner si l’on vous propose un produit que vous n’avez même pas encore explicitement recherché sur internet.

Comment ça marche ?

De nos jours, les grandes entreprises du web utilisent des technologies innovantes pour savoir ce que les utilisateurs pensent, ou du moins ce qui s’en rapproche. Sans entrer dans les détails, les algorithmes utilisés se basent par exemple sur vos préférences passées et vous proposeront des produits ou sujets similaires.

Une autre méthode est l’extrapolation des comportements des consommateurs. Par exemple, si vous choisissez un article quelconque, le site va vous indiquer ce que les autres acheteurs de l’article ont acheté, en rapport avec celui qui vous intéresse. Dans la plupart des cas, le produit proposé correspond à ce que vous désirez acquérir par la suite.

L’envers de la médaille

Ce genre de technologie n’est toutefois pas sans risques. Il y a en effet une limite à ne pas dépasser concernant la collecte des données sur les internautes. Parfois, ces données sont « vendues » sans votre consentement à d’autres sociétés pour que celles-ci puissent vous proposer directement leurs produits dans votre boîte e-mail.

Un autre cas de mauvaise utilisation est quand les plateformes telles que Facebook ou YouTube sont utilisées pour répandre la violence et l’extrémisme. Comme les algorithmes ne choisissent pas ce qu’ils gèrent, ils continueront de proposer des contenus du même type, même s’il s’agit de contenus indésirables.

Les entreprises du web n’arrêteront pas de sitôt d’utiliser ces algorithmes pour proposer leurs annonces. C’est donc aux utilisateurs de choisir s’ils doivent y porter attention ou pas.

Quartz a justement trouvé une conférence évoquant cette dimension méconnue de nos plateformes sociales. Une conférence dispo sur YouTube et axée sur l’intervention de Tristan Harris.

Mots-clés facebookgoogle