Des archéologues ont découvert une nécropole en Corse

Récemment, Jean-Jacques Grizeaud, archéologue à l’INRAP (Institut National Français de Recherche Archéologique Préventive), et son équipe ont fait une incroyable découverte en Corse. Il s’agit d’un très vieux cimetière regroupant environ 40 sépultures.

Selon les informations partagées dans Live Science, les caractéristiques de certaines tombes sont assez étranges. Ce qui a intrigué les chercheurs concernant la provenance de certains des occupants de ces tombes.

Photo d’Eliane Meyer. Crédits Pixabay

Cela étant, même si les experts suggèrent que la plupart des défunts étaient originaires de la région, le fait qu’aucun document ancien attestant de l’existence d’une ville aux alentours vient en rajouter une couche quant au mystère entourant cette nécropole.

Un cimetière qui date de l’effondrement de l’Empire romain

Situé dans la ville d’Île-Rousse, ce cimetière se trouve au pied d’une église bâtie en 1893, l’Immaculée Conception. Toutefois, selon les archéologues, le site funéraire est bien plus vieux, estimant son installation entre le Ve et le Ve siècle Apr. J.-C. C’est-à-dire à l’époque marquant le début de l’effondrement de l’Empire romain.

Pour information, de nombreux corps ont été enterrés dans des jarres en terre cuite. Et selon les experts, ces récipients, principalement utilisés pour le transport de marchandises (de l’huile d’olive ou du vin) provenaient sûrement de l’Afrique du Nord. Les archéologues suggèrent tout de même que la plupart des défunts étaient originaires de la région où on les a retrouvés.

Toutefois, comme l’a souligné Grizeaud, le fait qu’aucun document ancien ne révèle l’existence antérieure de villes aux alentours de ce cimetière joue en défaveur de cette théorie. D’ailleurs, Grizeaud et son équipe ont découvert un indice de taille sur certaines tombes : des tuiles très utilisées par les Romains, de l’imbrex, recouvraient ces dernières.

Cette nécropole garde pour le moment tout son mystère

En Corse, un cimetière qui se trouve près d’une église est une chose courante, à l’instar de celui de Mariana ou de Sant’Amanza. Des recherches basées sur ces églises pourraient justement nous aiguiller sur la découverte d’anciennes villes corses, selon les archéologues.

Ce qui permettrait par la suite d’en savoir un peu plus sur les origines des corps retrouvés dans le cimetière récemment découvert.

Quoi qu’il en soit, les experts savent déjà que cette ancienne nécropole regroupe des restes d’adultes et d’enfants. Grizeaud et son équipe se pencheront bientôt sur les corps retrouvés pour connaître leur âge, leur sexe et leurs antécédents médicaux. En espérant que de nouvelles indications ressortiront de ces analyses en laboratoire.

Mots-clés archéologie