Les australiens vont peut être apprendre à vivre sans Google

Le géant américain Google et le gouvernement australien entament un véritable bras de fer pour trouver une solution à la crise que traversent les médias australiens. Les autorités australiennes demandent que la firme de Mountain View reverse une partie des bénéfices que celle-ci engrange en reprenant sur ses pages d’actualités des extraits d’articles des journaux australiens. Le moteur de recherche, comme Facebook, estime que les mesures préconisées par le gouvernement australien sont impossibles à accepter.

Dans cette situation, les géants du web sont accusés de se partager l’argent investi dans la publicité en ligne tandis que les médias australiens sont laissés pour compte. Canberra envisage alors d’imposer un « code de conduite contraignant » pour réguler les relations entre les médias australiens et l’enseigne américaine.

Une page de recherche ouverte sur Google Chrome

Photo de Christian Wiediger – Unsplash

Une véritable levée de boucliers s’ensuit alors du côté de Google qui menace de bloquer son moteur de recherche dans le pays.

Une parade contre les effets de la pandémie

Les exigences du gouvernement australien reposent sur un antécédent européen. Les géants d’Internet ont, voilà quelques années, reconnu le droit voisin des éditeurs de presse et ont commencé leur rémunération.

Les autorités australiennes comptent ainsi défendre les intérêts de la presse australienne, ne serait-ce que pour leur permettre de survivre à la crise générée par la pandémie.

Malgré les pressions internationales et la tournure que peuvent prendre les événements en cas de refus de Google, le gouvernement soumet le projet de loi à l’assemblée pour validation. Des pénalités de plusieurs millions de dollars sont prévues pour réprimander les infractions par les géants d’Internet en territoire australien.

Un bras de fer à l’issue incertaine

Malgré la souveraineté nationale, le gouvernement australien ne part pas gagnant dans ce bras de fer avec Google. L’initiative australienne captive beaucoup de pays où les médias connaissent les mêmes problèmes de revenus publicitaires inexistants. Le projet érigé en loi – en intimant à Google de payer les médias pour l’utilisation de leurs extraits – risque d’aggraver la situation avec la défection du géant américain.

Il est demandé aux grands groupes numériques de contrôler les violations de droits d’auteurs perpétrés par les utilisateurs de leurs plateformes, à l’exemple de YouTube. En attendant l’issue du différend, Google devra s’abstenir d’empêcher les Australiens d’accéder aux informations locales. Semonce à laquelle Google répond qu’il contribue grandement au développement des médias australiens.

Mots-clés australiegoogle