Les bras des pieuvres ont la capacité de détecter la lumière

Les poulpes sont depuis longtemps connus pour leur faculté à changer de couleur en une fraction de seconde. Les chercheurs ont récemment découvert que ces céphalopodes peuvent apercevoir la lumière grâce à leurs bras. Ces animaux réagissent en effet quand ces membres sont exposés sous un éclairage, alors que leurs yeux sont dans le noir total. Leur premier réflexe est alors de les rapprocher de leur corps.

Ce comportement instinctif permet aux pieuvres de protéger leurs huit bras des prédateurs. Ces créatures s’aventurent parfois dans des endroits hostiles, du coup, cette aptitude peut les aider afin d’éviter certains dangers. Il convient tout de même de préciser que cette réaction étrange n’a aucun lien avec les chromatophores se trouvant sur leur peau.

Crédits Pixabay

Cette découverte émane d’une étude menée par Tal Shomrat et Nir Nesher du Ruppin Academic Center en Israël.

Pour quelle raison les scientifiques ont-ils opéré cette recherche ?

À l’origine, un étudiant voulait savoir si le fait d’éclairer les bras d’une pieuvre engendre des réponses chromatophores. Autrement dit, l’analyse s’intéresse au changement de couleur de l’animal sous des lumières vives. La réaction du poulpe a cependant attiré l’attention étant donné qu’au lieu de se camoufler, il a choisi d’éloigner ses bras.

Tal Shomrat et Nir Nesher ont de ce fait changé leur étude. Ils se sont penchés sur cette attitude hors du commun du poulpe. « Nous avons modifié notre expérience pour explorer ce comportement après avoir découvert que personne ne l’avait décrit auparavant. » a évoqué Shomrat à LiveScience.

Comment Nesher et Shomrat ont-ils réalisé l’expérience ?

Durant cette expérience, le vernaculaire est placé dans un réservoir recouvert d’une bâche noire opaque. Le poulpe se trouvait donc dans l’obscurité. Un petit trou est toutefois mis en haut de la boîte lui permettant de faire sortir ses bras pour attraper des morceaux de poisson se trouvant à l’extérieur du réservoir.

À chaque fois que le céphalopode cherchait la nourriture, les scientifiques éclairaient son bras avec de la lumière vive. La pieuvre l’écartait alors instantanément de la lampe. Neshir a affirmé qu’aucun changement de température n’a été constaté durant le procédé. La pieuvre a tout simplement senti et réagi à la lumière pure avec ses bras.

D’autres études sont en cours pour déterminer si cette réaction de la pieuvre est innée ou non.