Les « cercles de fées » en Namibie ne seraient finalement pas l’œuvre des termites

Si vous avez déjà visité les prairies namibiennes ou simplement vu des photos, vous avez sûrement dû remarquer les étranges cercles dépourvus de végétation et aux teintes rougeâtres qui parsèment l’endroit. Il s’agit d’une véritable curiosité naturelle appelée « cercles de fées. »

Plusieurs scientifiques avancent que c’est une espèce particulière de termites, les Psammmotermesallocerus, qui est à l’origine de ce curieux phénomène. De nouvelles études ouvrent cependant la voie à de nouvelles hypothèses pour expliquer son apparition.

Ces nouvelles théories avancent notamment que les « cercles de fées » seraient en fait causés par des processus naturels liés à la météo tels que les fortes précipitations, la chaleur extrême ainsi que l’évaporation.

Les termites ne seraient pas responsables

Les nouvelles études sur l’origine des « cercles de fées » ont été récemment publiées sous forme de deux articles. L’un des articles a été édité dans la revue « Ecosphere » tandis que le second a été publié dans le « Journal of AridEnvironments. »

Si on en croit les auteurs des études, les termites à eux seuls ne pourraient pas être à l’origine de ce mystérieux phénomène. Comme l’explique Stephan Getzin de l’Université de Göttingen en Allemagne : « Aucun mécanisme destructeur, tel que ceux des termites, n’est nécessaire pour la formation de motifs distincts de cercles de fées. »

Le chercheur ajoute que même si « L’étude montre que les termites peuvent se construire dans la zone des cercles de fées, les interactions hydrologiques plante-sol sont suffisantes. »

Plusieurs théories sur l’origine des « cercles de fées »

Depuis qu’ils ont été découverts, les cercles de fées font l’objet de nombreuses hypothèses sur leur origine. L’une d’elles concerne les termites de sable. Des scientifiques avancent que ces petites bêtes rendraient le sol poreux en y créant des réservoirs d’eau. Les plantes se regroupent alors autour de cet ingénieux réservoir et non à l’intérieur.

Une autre théorie suggère que l’apparition de ces morceaux de terrain complètement nu et arrondi serait due aux plantes situées aux alentours qui sont en compétition constante pour l’eau.

Les zones du désert du Namibi où se trouvent les cercles de fées ne reçoivent que 100 ml de précipitations par an, voire moins, ce qui n’est clairement pas assez pour subvenir aux besoins en eau d’une prairie toute entière.