Les écailles de poissons au service de l’électronique ?

Les chercheurs ont trouvé une solution pour la conception d’appareils électroniques flexibles. Cette prouesse a été rendue possible grâce à la découverte d’une ressource insoupçonnée, mais abondante : les écailles de poisson. Leurs gélatines revêtent un film qui a la caractéristique appropriée pour la flexibilité et la transparence. Elles  peuvent être  utilisées pour façonner des appareils portables.

Après avoir effectué une étude approfondie, les chercheurs ont confirmé l’efficacité de la nouvelle technique.

Crédits Pixabay

Les écrans sont fabriqués à partir de ressources limitées et  polluantes. C’est la raison pour laquelle les scientifiques recherchent actuellement des matières premières durables et écologiques. Ils se sont intéressés aux écailles, car elles sont abondantes et biodégradables. En étudiant les éléments qui les composent, ils ont remarqué que leurs films peuvent être recyclés.

L’étude a été menée par les chercheurs chinois Hai-Dong Yu, Juping Liu et Wei Huang.

De précieuses ressources insoupçonnées

Les composants d’électricité et les émetteurs de lumière sur des écrans se superposent sur un film transparent. C’est pourquoi les écrans ne sont pas souples et ne peuvent pas résister à la flexion.

L’unique manière de les conférer cette propriété est l’intégration d’un film plastique, une substance dérivée des combustibles de fossile. Cependant ces ressources sont limitées et polluantes.

Les scientifiques ont trouvé un moyen d’extraire la gélatine dérivée du collagène des écailles afin d’obtenir un film transparent. Force est de reconnaître qu’il s’agit d’une subtile manière d’utiliser une ressource qui, jusqu’ici, remplissait les poubelles.

Le film se dissout en quelques secondes et se dégrade en 24 jours

Après avoir synthétisé la solution de gélatine, les scientifiques ont constaté qu’ils pouvaient la transformer. Pour ce faire, ils ont versé les gélatines dans des boîtes de Petri. Le Petri a servi de moule pendant le séchage. Le test a révélé un résultat qui est, pour le moins, prometteur. Ils ont remarqué que le film des écailles avait les caractéristiques attendues, dont la souplesse et la transparence.

Le film obtenu par la gélatine serait peu susceptible de s’attarder dans les décharges. Le fait est que, imbibé d’eau chaude, il se dissout en quelques secondes et peut être recyclé en un nouveau film. Les scientifiques l’ont également enterré et ont constaté qu’il se dégradait en 24 jours.