Les élèves se sentent moins importants à cause des cours virtuels

La pandémie de Covid-19 a contraint une bonne partie des élèves du monde entier à suivre les cours à distance. Dans des établissements au Canada, les élèves de la classe primaire pouvaient suivre les cours en présentiel. Néanmoins, ceux du secondaire étaient obligés de suivre un mode d’apprentissage mixte, voire entièrement en ligne.

Une étudiante levant sa main lors d'une séance de cours en ligne

Selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs canadiens, dans le cadre d’un audit sur la sécurité des écoles, la transition vers l’enseignement virtuel aurait impacté sur l’estime de soi des élèves. Plus précisément, les étudiants qui étaient obligés de suivre des cours en ligne se sentaient moins importants par rapport aux autres, du moins en ce qui concerne leur vie scolaire.

La recherché intitule « In-Person Versus Online Learning in Relation ti Students’ Perceptions of Matter during COVID 19 : A brief Report ». Les résultats ont été récemment présentés dans le Journal of Psychoeducational Assessment.

De l’importance de la notion d’importance…

6 578 élèves de la 4e à la 12e année ont participé à l’étude. Les chercheurs se sont concentrés sur la réduction de la propagation du virus grâce à l’e-learning, l’efficacité de l’apprentissage en ligne et son impact sur le processus d’apprentissage ainsi que la  santé mentale. Si d’autres études se sont déjà penchées sur ces aspects, celle-ci se distingue par le fait qu’elle considère également les implications sociales et émotionnelles de cette approche pédagogique.

« Dans cette étude, nous nous sommes intéressés à la façon dont l’enseignement en ligne aux enfants et aux adolescents pendant la pandémie a affecté leur perception de l’importance ».

Les auteurs de l’étude ont souligné que la notion d’importance ne doit pas être négligée par les éducateurs. Le fait est que ce concept psychologique est fortement lié au climat scolaire. Par ailleurs, les élèves qui ont le sentiment qu’on leur accorde de l’importance seraient « plus protégés, plus résilients et plus engagés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la classe ».

Médiocrité ne rime pas avec apprentissage !

Concrètement, les participants à l’étude ont été amenés à faire part de leurs expériences à l’école en comparant la période comprise entre septembre 2019 à mars 2020 et septembre 2020 à novembre 2020. Les résultats ont montré qu’aussi bien les élèves du primaire que ceux du secondaire se sont sentis délaissés à cause de l’enseignement en ligne. Les chercheurs pensent que c’est surtout dû à l’absence de contact réel avec les camarades de classe et les enseignants.

Toutefois, une autre étude menée en parallèle a montré que plusieurs élèves ont un regard positif à l’égard de l’e-learning.

« L’absence d’intimidation, de pression des pairs et d’anxiété sociale était un changement bienvenu qui leur permettait de mieux se concentrer sur l’apprentissage. »

Les participants à cette étude ont également cité d’autres avantages de l’apprentissage en ligne. Il s’agit notamment du confort de la maison, de la réduction du stress, des heures supplémentaires de sommeil et du temps passé en famille.

Il y a toutefois un point sur lequel les deux études se rejoignent. En effet, ces recherches attirent l’attention sur les impacts qu’un environnement scolaire médiocre pourrait avoir sur les résultats scolaires, la santé mentale et les capacités sociales des apprenants.