Les embryons des tortues jouent-ils réellement un rôle dans la détermination de leur propre sexe ?

Face au dérèglement climatique qui touche actuellement la planète, les chercheurs craignent un déséquilibre de genre sur les prochaines progénitures de certaines espèces. Les reptiles tels que les tortues font partie des animaux dont la détermination du sexe des embryons pourrait dépendre de la température de l’environnement dans lequel les œufs éclosent.

Des recherches ont été menées sur le sujet, mais les résultats ne semblent pas très parlants.

Tortue

Des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences ont effectué des études visant à suivre de près le comportement de l’embryon de tortue dans son œuf. En se basant sur les mouvements de l’embryon, l’étude publiée dans Current Biology suggère un rôle décisif joué par l’embryon dans le choix de son propre sexe.

Cette hypothèse laisse cependant des avis très mitigés auprès des chercheurs qui n’ont pas participé à l’étude.

Une étude qui se base sur la thermorégulation embryonnaire

Les tortues font partie des reptiles qui ont réussi à survivre face aux différents changements climatiques qui ont frappé la Terre au fil de l’histoire. Interpelés par ce phénomène, les scientifiques de l’Académie chinoise des sciences ont décidé d’entreprendre des recherches qui pourraient l’expliquer.

Une précédente étude a déjà démontré les capacités de l’embryon à se mouvoir dans l’œuf en fonction de la température environnementale.

Les chercheurs suggèrent que ces mouvements de l’embryon pourraient influencer également le sexe de l’embryon. Pour le prouver, ils ont injecté de la capsazépine dans quelques œufs. Les résultats ont démontré que les embryons bougeaient moins comparés aux œufs non traités et dans lesquels les embryons arrivaient par eux même à réguler leur température au point de déterminer ensuite leur sexe à l’éclosion.

Certains chercheurs sont sceptiques

Les affirmations avancées par l’étude menée au sein de l’Académie chinoise des sciences laissent certains chercheurs sceptiques. Bien qu’ils ne contestent pas le fait que l’embryon de la tortue effectue des mouvements dans son œuf afin de trouver la température idéale, le fait de prétendre que cela impacte également sur son sexe laisse place à des avis très partagés.

Le professeur en biologie de l’Université du Dakota du Nord, Turk Rhen, fait partie de ceux qui ne sont pas convaincus par ces résultats. Bien qu’il n’ait pas participé aux recherches, il a néanmoins entrepris des études concernant la détermination du sexe d’une espèce en fonction de la température. D’après lui, certains paramètres tels que le fait de déplacer l’œuf ou de regarder l’embryon en exposant l’œuf à une forte lumière auraient très bien pu bousculer l’embryon et fausser les résultats.

Mots-clés biologie