Les entreprises privées aussi veulent décrocher la Lune

De nombreuses entreprises privées ont l’intention de prendre part à une économie florissante dans l’espace. Le mois dernier, des représentants de Blue Origin, d’Amazon, d’iSpace, de Northrop Grumman et de la NASA, ont participé à la 23e conférence annuelle sur le transport spatial commercial.

Ils y ont détaillé des visions, des moyens et des techniques liés à l’objectif de faire de l’exploration lunaire une entreprise durable.

La Lune dans le ciel nocturne

Crédits Pixabay

Dès 2024, la NASA espère pouvoir envoyer des astronautes sur le satellite terrestre en coopérant avec secteurs privés. L’agence a passé un contrat avec d’autres entreprises pour le transport des charges scientifiques et technologiques. Les premières livraisons, qui seront effectuées par des robots, sont prévues pour l’année prochaine.

Les conférenciers ont envisagé la mise en place d’un avant-poste sur la lune, comme la station McMurdo en Antarctique. Cela faciliterait l’exploration et la vie des astronautes. Pourtant, cette station sera beaucoup plus complexe à réaliser et à entretenir.

Investir dans les technologies lunaires dès maintenant

« Nous devons nous tourner vers l’ISS, qui nous montrera comment ils se sont réunis pour créer une infrastructure permettant de mener à bien les recherches et les démonstrations technologiques en orbite basse terrestre », a déclaré Charlie Precourt, vice-président et DG des systèmes de propulsion chez Northrop Grumman.

Pour Brett Alexander, vice-président de Blue Origin, il est important d’investir dès maintenant dans les technologies lunaires. Le représentant de la société fondée par Jeff Bezos a fait allusion au développement d’une mini-économie à la surface de la lune. « Cela permettrait à d’autres de venir sur la lune sans avoir à créer l’infrastructure », a déclaré.

Un système de rover attaché à un autre

Kyle Acierno, d’iSpace, a avancé l’idée de créer des entreprises commerciales qui ouvriront la voie à des activités durables sur le satellite. Un système de rover attaché à un autre a été proposé. La « mère » se posera dans une zone tandis que son « enfant » part pour explorer. L’engin qui se déplace déterminera le type de ressources disponibles.

« Les petits rovers rapides et bon marché de notre entreprise pourraient explorer toutes les régions de la lune qui sont en permanence ombragées. Alors que, selon les chercheurs, celles-ci abritent beaucoup d’eau de glace », a-t-il expliqué.

Ces dix dernières années, les sociétés spatiales privées ont réalisé de multiples exploits épatants. D’après Alexander, le gouvernement a finalement pris conscience du fait qu’avec tous les progrès qui ont été accomplis, y compris dans le domaine des sciences humaines, l’avenir promet beaucoup de surprises.

Mots-clés lune