Les équipements de télécommunication étrangers sont maintenant interdits aux États-Unis

Donald Trump vient de signer un décret interdisant l’utilisation d’équipements de télécommunication provenant d’un pays étranger aux États-Unis. Les sociétés de technologie américaines ne pourront donc plus acquérir et utiliser ces matériels, des matériels considérés comme des outils d’espionnage économique par l’administration.

Cette nouvelle loi survient alors que la Chine et les États-Unis sont en pleine guerre commerciale. Beaucoup jugent ainsi cette action comme une attaque directe à l’encontre du géant chinois de la télécommunication Huawei.

Crédits Pixabay

Suite à la signature de ce décret, le Département du Commerce américain est tenu d’élaborer les règles qui vont régir les ventes et achats de ce type d’équipement dans les 150 jours à venir.

Les raisons invoquées par Washington

L’ordre signé par Trump parle d’une urgence nationale. Les vulnérabilités dans les technologies de l’information et de la télécommunication seraient créées et exploitées par des puissances étrangères. Cette nouvelle loi présente alors un moyen de préserver les intérêts du pays dans le domaine de l’économie et de l’industrie.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a aussi déclaré que l’administration agira pour assurer la sécurité et la prospérité des États-Unis. Elle a aussi précisé que l’équipe du président allait protéger le pays contre les adversaires étrangers.

L’entreprise Huawei visée ?

Un haut responsable de l’administration américaine a déclaré que l’ordre signé par Donald Trump ne visait aucun pays ou entreprise en particulier. Pourtant, parallèlement à la signature du décret, le Département du Commerce américain a ajouté l’entreprise chinoise Huawei à sa « Liste des entités ». La présence sur cette liste va empêcher la société d’acheter des pièces électroniques américaines sans l’autorisation de Washington.

Les dirigeants américains ont aussi ajouté que les matériels de Huawei pourraient être utilisés par le gouvernement chinois dans des opérations d’espionnage et de sabotage.

De plus, ils ont exhorté leurs alliés à ne pas utiliser les appareils de la compagnie chinoise pour la création de réseaux 5G.

À noter cependant que Huawei n’est pas la seule société en Chine visée dans cette histoire. La compagnie chinoise ZTE est également dans la ligne de mire du gouvernement Trump.

Avec ce nouveau décret, le bras de fer entre la Chine et les États-Unis ne fera que prendre de l’ampleur. Attendons-nous à une riposte prochaine de Beijing.

Mots-clés huawei