Les Etats-Unis pourraient devenir l’épicentre du coronavirus, selon l’OMS

Les États-Unis connaissent une très forte augmentation du cas de contamination en ce moment, a déclaré l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) le mardi 24 mars 2020, rapporte Reuters. Ce qui laisse à penser que le pays pourrait bien devenir le prochain épicentre de la pandémie.

En effet, le coronavirus a déjà contaminé plus de 42.000 personnes aux États-Unis, amenant de plus en plus de gouverneurs à ordonner le confinement dans leurs États. Récemment, la porte-parole de l’OMS, Margaret Harris, a déclaré à la presse qu’en 24 heures, 85% de nouveaux cas ont été identifiés en Europe et aux États-Unis, et 40% de ces nouveaux contaminés provenaient des États-Unis.

crédits Pixabay

La porte-parole reconnaît ainsi que les États-Unis sont confrontés à « une très grande épidémie et une épidémie qui augmente en intensité ».

La pandémie se propage rapidement aux États-Unis

Interrogée sur le fait que les États-Unis pourraient devenir le prochain épicentre du coronavirus, Margaret Harris a tenu à temporiser la situation en déclarant :

Nous assistons actuellement à une très forte accélération des cas aux États-Unis. Cela a donc ce potentiel. Nous ne pouvons pas encore dire que c’est le cas, mais cela a ce potentiel.

Malgré tout, la porte-parole a également indiqué plusieurs signes positifs et efforts effectués par les États-Unis pour combattre cette pandémie, notamment, l’accroissement des tests et les mesures d’isolement pour les malades ainsi que l’identification rapide des personnes qui ont été à leur contact.

Plus de 40.000 nouveaux cas ont été signalés le lundi 23 mars

Jusqu’ici, l’OMS a signalé que la pandémie se propageait encore à une vitesse alarmante, ayant déjà contaminé 334.981 personnes et fait 14.652 morts. Par ailleurs, le site de l’OMS montre que la plus forte augmentation du nombre des infections a eu lieu le lundi 23 mars dernier, avec plus de 40 000 nouveaux cas.

Selon Reuters, l’Europe a été le centre de transmission et l’Italie aurait été le pays le plus durement touché, recensant le plus grand nombre de décès au monde. Interrogée sur la situation actuelle en Italie et une possible amélioration de la situation, Margaret Harris a déclaré :

Il y a une lueur d’espoir. Nous avons vu au cours des deux derniers jours moins de nouveaux cas et de décès en Italie, mais il est encore très, très tôt pour se prononcer.

L’Afrique du Sud verrouille le pays pendant 21 jours

Par contre, la porte-parole de l’OMS n’a pas caché ses inquiétudes concernant les pays dont les systèmes de santé sont faibles et la prévalence du VIH, élevée. En Afrique du Sud, par exemple, le nombre de cas confirmé est passé à 554 le mardi 24 mars 2020, amenant le pays à un verrouillage à l’échelle nationale pour une durée de 21 jours qui a débuté le jeudi 26 mars 2020 à minuit. Mais Margaret Harris reste quand même confiante en disant que :

L’Afrique du Sud fait ce qui est nécessaire, fait les tests et suit les procédures.