Les Etats-Unis se méfient des IA chinoises

Dernièrement, de nombreuses personnalités se sont prononcées sur l’intelligence artificielle. Il y a ceux qui se méfient de cette technologie et un autre camp qui au contraire pense que l’IA reste un outil au service de l’homme. Alors que le débat bat encore son plein, l’administration Trump s’y est invitée à sa manière. Question de sécurité nationale à en croire la Maison Blanche.

L’administration américaine est de ceux qui voient le progrès avec l’intelligence artificielle. Seulement, elle s’inquiète des intérêts des investisseurs chinois dans le domaine. Les autorités US comptent ainsi scruter les mouvements financiers entre les firmes chinoises et celles de la Silicon Valley. Les USA redoutent que la Chine profite des avancées américaines sur l’intelligence artificielle.

Trump IA

L’administration Trump prend très au sérieux cette affaire et elle se dit même prête à renforcer le Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis ou CFIUS.

L’impératif de renforcer le CFIUS

Devant le Sénat américain, le secrétaire à la Défense a clairement indiqué que le CFIUS est désuet. Dans son état actuel, il n’est pas en mesure d’accomplir pleinement ses attributions.

Jim Matthis pense ainsi qu’il est nécessaire de moderniser le comité afin d’être en mesure de faire face aux nouveaux défis actuels. Il n’est pas le seul à le penser puisqu’une autre source interne au gouvernement a clairement indiqué que le CFIUS se trouvait au centre des priorités de l’administration Trump.

Selon Reuters, la Chine a pu accéder à des technologies considérées comme étant « sensibles » par le biais de transactions financières. Pour remédier à la situation, le sénateur John Cornyn propose un projet de loi empêchant tout transfert de technologie vers la Chine.

Un retard important à combler

Dans le camp républicain, une source anonyme dit que : « Ces technologies sont tellement nouvelles que notre système de contrôle ne sait pas encore comment les gérer, ce qui explique ainsi pourquoi elles passent entre les mailles du filet sécuritaire existant. »

De son côté, James Lewis met en avant le retard des USA à ce sujet. Le spécialiste de la technologie militaire explique ainsi : « Les Chinois ont trouvé un moyen de contourner nos protections, nos garde-fous, sur le transfert de technologie grâce à l’investissement étranger. Et ils le font pour nous dépasser, autant économiquement que militairement. »

La Chine n’a pas manqué de réagir à travers Lu Kang, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères en disant que les investissements chinois ne doivent pas être interprétés avec une vision politique. Il espère notamment que les États-Unis se montreront capables d’offrir un bon environnement pour les entreprises chinoises souhaitant investir sur le marché américain.