Les fantômes peuvent-ils exister du point de vue de la science ?

Les fantômes existent-ils ou sont-ils juste le produit de notre imagination ? Difficile de répondre à cette question. Et pourtant, de nombreuses personnes tentent de résoudre ce mystère depuis des années. Si certains restent sceptiques face à la possibilité que les fantômes puissent exister, d’autres y croient dur comme fer.

Tout au long de l’histoire, on a pu voir différentes cultures croyant en l’existence d’esprits vivant dans un autre royaume. Aujourd’hui, ces croyances sont alimentées par tous les récits que nous pouvons lire sur la toile. Reddit est par exemple devenu une véritable mine d’or pour toutes les personnes qui s’intéressent aux esprits.

Un crâne humain dans le noir
Crédits Pixabay

Les médiums et les chasseurs de fantômes contribuent également à entretenir ces croyances. Mais est-ce que les esprits sont vraiment réels ? Et que dit la science à ce sujet ? Pour en savoir plus, continuez votre lecture.

Les fantômes, toute une histoire

L’idée selon laquelle les défunts resteraient parmi nous sous la forme d’esprits ne date pas d’hier. On peut dire qu’il s’agit même d’une croyance séculaire. Les histoires de fantômes se sont transmises de génération en génération. On peut par exemple les retrouver dans la Bible ou dans certaines œuvres de William Shakespeare.

La croyance aux fantômes touche à plusieurs aspects des croyances paranormales. Elle est intimement liée aux expériences de mort imminente et à l’après-vie.

Comme le souligne le site Live Science, de nombreuses personnes s’accrochent à ces croyances, car elles leur apportent une forme de réconfort. Ainsi, elles se disent que leurs proches décédés continuent de veiller sur elles.

A lire aussi : Aux Etats-Unis, les chasseurs de fantômes peuvent finir devant un tribunal

Communiquer avec les fantômes, est-ce possible ?

Pendant des années, les gens ont tenté de communiquer avec les esprits. Durant l’époque victorienne en Angleterre, c’était la mode parmi les femmes de la haute société d’organiser des séances entre elles après le thé. Des clubs entièrement dédiés à la recherche de preuves sur l’existence des fantômes ont même vu le jour au sein de prestigieuses universités telles que Cambridge et Oxford.

L’étude des phénomènes paranormaux a commencé à être prise au sérieux au Royaume-Uni en 1882. Cette année marque en effet la création de la Society for Psychical Research. Il s’agit d’une organisation à but non lucratif dédiée à l’étude des phénomènes paranormaux d’un point de vue scientifique. Eleanor Sidgwick, une des enquêtrices de cette organisation, peut être considérée comme la première femme chasseuse de fantômes.

En Amérique, vers la fin des années 1980, de nombreux médiums disent avoir réussi à communiquer avec des morts. La plupart d’entre eux se sont heurtés aux scepticismes de ceux qui ne croient pas aux fantômes. Par la suite, des enquêteurs tels que l’illusionniste Harry Houdini ont réussi à prouver qu’une grande partie d’entre eux mentaient.

A lire aussi : Mars et l’histoire fascinante des dunes fantômes

L’avènement des chasseurs de fantômes

Depuis quelque temps, on assiste à l’avènement des chasseurs de fantômes. Actuellement, ils opèrent un peu partout dans le monde. On doit cet intérêt grandissant pour cette activité à des émissions comme « Ghost Hunters » diffusée sur Syfy.

Cette série véhicule l’idée selon laquelle tout le monde peut se lancer dans la chasse aux fantômes.

Tout ce qu’il vous faut à en croire les créateurs de l’émission c’est du temps libre, un endroit sombre et quelques gadgets électroniques. La série a connu un énorme succès et a eu droit à 230 épisodes. Malgré cela, elle n’a jamais pu apporter de preuves de l’existence des fantômes.

A lire aussi : Et vous, prendriez-vous la pilule de l’immortalité ?

Une existence difficile à prouver

De nombreux chercheurs se sont penchés sur le cas des fantômes. Toutefois, prouver leur existence n’est pas une mince affaire. Cela est dû aux nombres trop importants de phénomènes attribués aux esprits. Cela va de la disparition inexpliquée d’objets, en passant par les chutes de température dans une pièce à l’apparition (présumée) d’un défunt.

D’autre part, les personnes ayant vécu des expériences paranormales ne sont même pas sûres, elles-mêmes, de ce qu’elles ont vu. C’est ce que nous apprennent les sociologues Dennis et Michel Waskul. Pour les besoins de leur livre « Ghostly Encounters : The Hauntings of Everyday Life », ils se sont entretenus avec des individus qui disent avoir interagi avec des esprits.

« La plupart des participants n’étaient pas sûrs d’avoir rencontré un fantôme et sont restés incertains par rapport au fait que de tels phénomènes puissent vraiment être possibles. Pour la plupart, c’est parce que ce qu’ils ont vu ne se rapproche pas de l’image conventionnelle d’un fantôme. »

A lire aussi : Quand une IA nous en apprend plus sur les manuscrits de la Mer morte

Que dit la science ?

Certains scientifiques croient aux fantômes. Pour eux, nous n’avons seulement pas pu prouver leur existence parce que nous n’avons pas encore la technologie adéquate pour détecter le monde des esprits. En attendant que cette technologie voie le jour, des chercheurs se sont appuyés sur les travaux d’Albert Einstein pour soutenir l’existence des fantômes.

Selon le premier principe de la thermodynamique, l’énergie ne peut pas être créée ni détruite, mais juste transformée. En partant de cette hypothèse, les scientifiques se sont demandé ce qui arrivait à notre énergie lorsque nous mourrons. Pour eux, elle pourrait donc se manifester sous la forme d’un fantôme.

Cependant, toujours selon les lois de la physique, l’énergie du corps humain finit par aller là où toutes les énergies vont, c’est-à-dire dans l’environnement. Après la mort, elle est libérée sous forme de chaleur. De ce fait, il n’y aurait pas d’énergie « corporelle » qui peut être détectée par les gadgets des chasseurs de fantômes.

Pour l’heure, il n’y a donc pas encore de preuves qui attestent de l’existence des fantômes. Pour les chercheurs, il y aurait deux possibilités. La première est que les fantômes n’existent pas et que les témoignages les concernant ont des explications psychologiques ou sont juste des arnaques. La deuxième est qu’ils existent réellement, mais que nous ne sommes pas encore équipés pour les détecter.