Les fossiles d’un des plus grands oiseaux qui aient jamais existé révèlent leurs secrets

Saviez-vous que certains oiseaux préhistoriques pouvaient atteindre jusqu’à 5-6 m d’envergure ? Ce qui correspond presque au double de l’envergure des plus grands oiseaux que l’on rencontre à l’époque actuelle, avec les condors des Andes.

D’après une récente étude de fossiles de Pelagornithidae récupérés sur l’île Seymour en 1980, de tels oiseaux ont bel et bien existé, évoluant vers une taille gigantesque après que les dinosaures aient disparu de la surface de notre planète.

Photo de Jan Alexander. Crédits Pixabay

Cette découverte est le fruit des travaux de Peter Kloess, anthropologue à l’Université de Californie (Berkeley) et de ses collègues, qui se sont penchés sur l’analyse de ces restes fossilisés. Une étude dont les conclusions ont été récemment publiées dans la revue Scientific Reports.

Des fossiles de 50 et 40 millions d’années retrouvés sur l’île de Seymour

L’île de Seymour se trouve sur la péninsule Antarctique, l’un des endroits les plus froids au monde. Ce qui a peut-être contribué à la conservation de ces ossements fossilisés qui y étaient restés depuis l’Éocène moyen, c’est-à-dire il y a environ 56 à 39 millions d’années avant nous, avant qu’on ne les trouve en 1980.

Deux fossiles de Pelagornithidae connus sous le nom d’ « oiseau à dents osseuses », un autre caractéristique intéressant, ont alors été retrouvés dans la formation de Submeseta. D’un côté, il y avait des tarso-métatarses (membres inférieurs) vieux de 50 millions d’années et de l’autre, un os de la mâchoire âgé d’environ 40 millions d’années.

Cette distribution de l’âge des fossiles sur 10 millions d’années montre que ces oiseaux géants avaient survécu un bon bout de temps sur Terre, avant de disparaître. En outre, la datation des fossiles suggère également que l’espèce est apparue juste après la disparition des dinosaures aviaires, il y a 66 millions d’années.

Cette espèce d’oiseau géant a évolué en taille au fil du temps

Pour la précision, d’autres fossiles de Pelagornithidae ont déjà été trouvés sur à peu près tous les continents. Toutefois, leur taille était un brin plus modeste que celle des deux spécimens récemment étudiés par Kloess et son équipe.

En effet, selon les chercheurs, un autre fossile âgé d’environ 62 millions d’années a également été répertorié, quoique ce spécimen soit beaucoup plus petit que celui âgé de 50 millions d’années étudié, dont l’envergure est estimée à environ 5-6 mètres.

Pour Kloess et ses collègues, c’est donc « le plus gros spécimen connu pour tout le groupe éteint de Pelagornithidae » sur lequel on a jamais mis la main jusqu’à présent.

Reconstitution d’un spécimen de Pelagornithidae, le gigantesque oiseau à dents osseuses. Crédits Brian Choo

Mots-clés paléontologie