Les fossiles d’un oiseau géant ont été découverts en Europe

Alors qu’on ne les imaginait vivre qu’en Australie, en Nouvelle-Zélande ou encore à Madagascar, des oiseaux géants ont également vécu en Europe. Des chercheurs ont en effet trouvé les restes fossilisés d’un spécimen gigantesque dans la grotte de Taurida sur la Côte-Nord de la mer Noire.

D’après les premières estimations effectuées par les chercheurs, cet oiseau serait trois fois plus grand qu’une autruche, et pèserait à peu près le même poids qu’un ours polaire adulte.

Crédits Pixabay

Il s’agit d’une véritable première pour le domaine de la paléontologie en Europe, car c’est le tout premier volatile d’une taille aussi colossale à avoir été découvert sur les terres du Vieux Continent. Les résultats de l’étude ont été publiés en détail dans le Journal of Vertebrate Paleontology.

Un spécimen gigantesque

« Oiseau éléphant », tel est le surnom que les scientifiques donnent à ce genre de spécimen. Et pour cause ! Après avoir étudié les ossements de l’oiseau, les chercheurs suggèrent en effet que ce dernier devait mesurer dans les 3,5 m et peser environ 500 kg.

« Nous ne disposons pas encore de suffisamment de données pour savoir s’il s’agissait des plus proches des autruches ou d’autres oiseaux, mais nous estimons qu’il pèse environ 450 kilos », a indiqué le Dr Nikita Zelenkov, de l’Académie des sciences de Russie. Pour nous donner une idée de ce que ce chiffre représente, le Dr Zelenkov a précisé que c’est « […] l’autruche commune et presque autant qu’un ours polaire adulte. »

D’après les scientifiques, ce gigantesque volatile a vécu au côté de l’Homme il y a environ 1,5 million d’années.

Un géant qui court vite

D’après les recherches menées par le Dr Zelenkov et ses collègues, l’oiseau géant retrouvé dans la grotte de Taurida est apparenté à l’espèce « Pachystruthio dmanisensis ». Il partage également quelques caractéristiques communes avec l’autruche, à commencer par le fait qu’il ne sait pas voler.

Néanmoins, cet « handicap » était largement compensé par une vitesse étonnante. Les chercheurs ont en effet découvert que l’oiseau était doté d’un fémur long et mince qui suggère qu’il était un excellent coureur. Cette capacité a dû lui être très utile pour échapper aux redoutables prédateurs de l’époque, tels que les guépards géants, les hyènes géantes ou encore les chats à dents de sabre.

Mots-clés paléontologie