Les Français, toujours très vulnérables aux virus propagés par Clés USB

La cybercriminalité est un fléau qui frappe le monde entier. Les hackers trouvent toujours un moyen de détruire ou de s’approprier des données personnelles en s’infiltrant dans les appareils grâce aux logiciels malveillants et en exploitant les failles de sécurité.

Très récemment, la société de sécurité informatique Avira a mené une étude axée sur les activités des cybercriminels. Elle a alors découvert que les logiciels malveillants s’adaptaient et que les menaces dans le domaine de la cybersécurité ne sont pas les mêmes pour chaque pays.

Clé USB France

Selon l’étude menée par Avira, les Français sont toujours très vulnérables aux virus. Notamment ceux transmis par clé USB.

En réalité, tous les habitants de toutes les nations ne comportent pas de la même manière face à ces menaces.

Verecno.Gen, le virus qui se propage le plus à partir des clés USB

En matière de cybersécurité, la pire des places a été attribuée à la France. Selon les études, les utilisateurs français sont les plus vulnérables, surtout quand il s’agit de la transmission d’un virus par le biais d’une clé USB.

Selon Avira, la plupart des ravages en France sont l’œuvre d’un logiciel malveillant : un ver connu sous le nom de Verecno.Gen. Il se propage d’appareil en appareil, le plus fréquemment à partir d’une clé USB.

La société rappelle que ce ver est extrêmement destructeur. Elle a ajouté que la propagation se fait automatiquement une fois la clé USB insérée dans l’appareil. Connaît-on l’origine de cette clé ? C’est justement une question qu’il faudra se poser avant d’insérer une clé dans son ordinateur. Avira conseille donc de faire preuve d’un minimum de méfiance.

À chaque pays sa propre faiblesse et son logiciel malveillant

L’étude d’Avira portait sur quatre autres pays : les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Elle a constaté que chaque pays possède sa propre vulnérabilité. « La géographie continue à jouer un rôle déterminant quant à l’exposition des utilisateurs aux différents types de logiciels malveillants » selon le rapport.

Les Américains, par exemple, sont très vulnérables aux Chevaux de Troie. En Allemagne, les kits d’exploitation sont devenus extrêmement populaires. Pour nos amis italiens, c’est le phishing qui occasionne le plus de dégâts. Enfin, pour les Britanniques, le téléchargement d’applications indésirables est la menace la plus fréquente enregistrée par les experts de l’éditeur.