Les FRB sont bien d’origine extraterrestre

Les FRB fascinent les chercheurs depuis de nombreuses années maintenant. Pour l’heure, personne n’a réussi à déterminer leur nature, mais de nombreuses études ont été menées et la dernière en date confirme ce que beaucoup de gens pensaient : les sursauts radio rapides sont bien d’origine extraterrestre et ils ne proviennent donc pas de notre propre planète.

Ces signaux ont été découverts pour la toute première fois en 2007 par un chercheur du nom de D. R. Lorimer. En analysant les données récoltées à la suite d’un relevé astronomique en provenance du Petit Nuage de Magellan, ce dernier a eu la surprise de découvrir un sursaut radio de forte intensité.

FRB extraterrestre

Cela ne fait plus aucun doute, les FRB sont bien d’origine extraterrestre.

Extrêmement court, la durée de ce dernier n’excédait pas les cinq millisecondes, mais il a suffi à intriguer le chercheur.

Les FRB fascinent les chercheurs depuis plusieurs années

Lorimer a donc pris l’initiative de fouiller dans les autres relevés afin de tenter de trouver des signaux similaires. En pure perte. L’homme a effectivement fait chou blanc.

Trois ans plus tard, d’autres astronomes ont détecté des sursauts similaires. Leur excitation est cependant retombée lorsqu’ils ont réalisé que ces derniers provenaient en réalité de notre propre planète et donc de nos propres équipements électriques. Beaucoup d’entre eux ont alors commencé à penser que la découverte de leur confrère n’en était pas réellement une.

Tout a changé en 2012, lorsqu’une équipe travaillant sur les installations de l’Observatoire d’Arecibo a découvert de nouveaux sursauts radio rapides. Après avoir croisé leurs données avec celles d’autres instruments, ils ont réalisé que ces phénomènes se produisaient assez fréquemment.

De nombreux astronomes se sont penchés sur les FRB dans les années qui ont suivi afin de tenter de déterminer leur nature et leur origine.

Plusieurs théories existent. Certains scientifiques pensent que ces signaux sont provoqués par des pulsars ou même par des trous noirs, mais personne n’a encore été en mesure de le prouver. Pire, certains chercheurs continuent même de penser que ces signaux sont émis par nos propres équipements.

C’est confirmé, ces signaux ne viennent pas de la Terre

Chris Flynn, un astrophysicien travaillant pour l’Université Swinburne of Technology en Australie, a donc réuni une équipe afin de mener une enquête sur ces phénomènes. Pour déterminer l’origine de ces signaux, les chercheurs ont choisi de s’appuyer sur le radiotélescope Molonglo basé près de Canberra. L’instrument bénéficie effectivement d’une zone de collecte située en dehors de notre propre atmosphère et il ne permet donc pas de détecter des signaux en provenance de notre planète.

Les scientifiques ont donc commencé à écumer les données récoltées par le radiotélescope, à la recherche de la trace d’un sursaut rapide. La tâche s’est avérée extrêmement compliquée, l’instrument produisant plus de 1 000 To de données chaque jour.

Leurs efforts ont cependant fini par payer et les scientifiques ont ainsi trouvé trois sursauts radio rapides. En poussant plus loin leurs investigations, ils ont réalisé que ces derniers venaient de plusieurs constellations différentes, et plus précisément de l’Hydre et de la Poupe.

En conséquence, ils ont réussi à prouver ce que tout le monde pensait, à savoir que les FRB sont bien d’origine extraterrestre.

Maintenant, il ne reste plus qu’à poursuivre nos études afin de déterminer leur nature exacte. En attendant, l’étude complète se trouve à cette adresse.