Les fusées ne sont pas bonnes pour l’environnement

Vous en avez sûrement entendu parler, une nouvelle ère de l’exploration spatiale est en train de commencer avec la possibilité pour les touristes de faire un tour dans l’espace. Ce n’est pas la première fois que des personnes qui ne sont pas en mission officielle voyagent dans l’espace, mais aujourd’hui, avec des compagnies comme Virgin Galactic ou Blue Origin, il est maintenant plus simple pour ceux qui le désirent de passer du temps dans l’espace.

Mais à part le prix du ticket pour un saut dans l’espace qui ne sera pas donné, un coût encore plus élevé sera payé par l’environnement. En effet, les fusées utilisées pour lancer les capsules spatiales brûlent une très grande quantité de carburant pour pouvoir s’échapper de la gravité terrestre. Avec le nombre de lancements de touristes qui va sûrement augmenter dans les mois et années à venir, l’atmosphère sera de plus en plus polluée, et ce pour juste passer quelques minutes dans l’espace.

Une fusée en train de décoller
Crédits Pixabay

D’un autre côté, de plus en plus de personnes accusent les milliardaires de dépenser leur argent pour partir dans l’espace au lieu de l’utiliser pour lutter contre les crises environnementales subies par la planète.

A lire aussi : La fusée chinoise a fini sa course dans l’océan Indien

Une quantité énorme de CO2 dans l’atmosphère

Concernant la pollution atmosphérique, une fusée produit une quantité vraiment considérable de CO2. Selon Eloise Marais, professeur associé de géographie physique à l’University College London, un avion de ligne long-courrier produirait environ une à trois tonnes de dioxyde de carbone par personne. De son côté, une fusée va produire 200 à 300 tonnes de CO2 lors du lancement de 4 passagers dans l’espace.

Ce qui est encore plus grave avec les fusées, c’est que les émissions ont directement lieu dans la haute atmosphère où les gaz nocifs peuvent rester pendant des années. Les fusées produisent aussi certains gaz provenant de la combustion du kérosène et du méthane et pouvant avoir des effets néfastes sur la couche d’ozone.

A lire aussi : La drôle d’idée de SpaceX pour le lancement de ses fusées

Pas encore trop tard

Pour le moment, les fusées ne sont pas encore les plus gros pollueurs au niveau global. Tous les jours, on a en effet près de 100 000 avions qui décollent dans le monde, contre 114 fusées ayant été lancées en 2020, comme l’indique la NASA.

Cependant, avec le prix du ticket vers l’espace qui ne va pas arrêter de baisser, il ne faudra pas longtemps avant que les fusées ne rattrapent les avions. Selon Marais, actuellement, il n’y a pas encore de régulations concernant les émissions faites par les fusées. Il est ainsi temps de s’activer avant de franchir un seuil de non-retour.

Mots-clés écologie